Vendredi, 12 août 2011

LE MORCEAU DE BÉTON N'ÉTAIT PAS UNE PIÈCE DU VIADUC

Branle-bas de combat jeudi après-midi, sur le Plateau-Mont-Royal, à Montréal, quand un morceau de béton de la grosseur d'une brique est allé fracasser le pare-brise d'un automobiliste, au moment où il passait sous un viaduc surplombant l'avenue Papineau.

 
L'incident, survenu en pleine heure de pointe, vers 16 h 20, a fait un blessé. Du coup, les autorités ont immédiatement fermé l'avenue Papineau, entre la rue Saint-Grégoire et le boulevard Rosemont. Tous croyaient alors que le morceau de béton s'était détaché du viaduc appartenant au Canadien Pacifique (CP). Appelés sur les lieux, les ingénieurs de la Ville de Montréal ont non seulement inspecté le viaduc ferroviaire, mais également celui de la rue des Carrières, situé quelques mètres plus loin.

Les experts sont demeurés plusieurs heures sous les deux structures afin de l'analyser «centimètre par centimètre», a laissé savoir la police. Vers 20 h 30, même le maire de Montréal s'est présenté sur les lieux de l'incident afin de s'adresser aux citoyens. «La pierre qui a causé l'incident n'a rien à voir avec les deux structures existantes, a insisté Gérald Tremblay. On voudrait dire aux citoyens de Montréal que (...) la structure est saine, c'est une infrastructure qui est sécuritaire.» Le maire Tremblay a admis avoir eu la frousse en apprenant ce qui s'était produit quelques heures plus tôt. «Je suis venu ici parce que je voulais avoir la certitude que la pierre ne venait pas de la structure», a-t-il indiqué.

RÉCIT TROUBLANT

Rencontré quelques minutes seulement après sa mésaventure, le Montréalais Sylvain Smith semblait encore ébranlé par l'expérience qu'il venait de vivre sous le viaduc du CP. Au volant de sa Hyundai Elantra, Sylvain Smith circulait en direction nord sur l'avenue Papineau en compagnie d'un collègue de travail de la Belgique de passage à Montréal pour quelques jours.

LE MORCEAU DE BÉTON N'ÉTAIT PAS UNE PIÈCE DU VIADUC

«Quand on est passés sous le viaduc, ça a fait un gros bruit et j'ai vu mon pare-brise complètement fracassé», a laissé tomber M. Smith, tout en jetant un coup d'oeil aux dommages sur sa voiture. «Mon collègue avait les bras croisés et a reçu le morceau directement sur les avant-bras», a-t-il ajouté. Le morceau de béton a terminé sa course sur la banquette arrière. Le passager, un jeune homme de 29 ans, a subi des lacérations aux deux bras et a été transporté à l'hôpital. Ses blessures sont jugées comme étant mineures, selon la police. Fort heureusement, personne d'autre n'a été blessé.

«Tout le monde était sous le choc, c'est bien certain», a mentionné M. Dionne, un remorqueur de la compagnie Top Speed qui est un des premiers à être arrivé sur les lieux de l'incident.

ENQUÊTE CRIMINELLE

Après avoir obtenu la confirmation que le morceau de béton ne provenait pas des viaducs visés par les inspections, la police de Montréal a affirmé qu'une enquête criminelle était désormais en cours. «Notre travail est maintenant de savoir d'où provient cette pierre, a indiqué l'agent Olivier Lapointe, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). La pièce a été saisie et sera étudiée.» De plus, les bandes vidéo des caméras de sécurité installées dans le secteur seront visionnées par les enquêteurs. Peut-être qu'elles renferment des images qui pourraient expliquer comment le morceau de béton a pu traverser le pare-brise de la voiture de Sylvain Smith.

L'hypothèse voulant qu'une personne mal intentionnée ait lancé l'objet du haut du viaduc est actuellement privilégiée par les enquêteurs. En fin de soirée, aucune arrestation n'avait encore été effectuée dans ce dossier. L’avenue Papineau a été rouverte à la circulation vers 21 h.
Cet article est classé sous :Plateau-Mont-Royal SPVM
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok