Vendredi, 23 mars 2012

HONORABLE PREMIER MINISTRE?

Lorsque je me suis mise en affaires j’ai payé mes meubles, décoré mon bureau et acheté un ordinateur, tout cela avec mes économies personnelles.

 

En 25 ans, je n’ai changé mon système informatique que 3 fois. D’ailleurs mon écran d’ordinateur aurait besoin de Botox, tant il est âgé. Bref, j’ai investis de MA poche pour me créer un emploi que j’adore et qui m’emmène aujourd’hui à vous écrire. Notre premier ministre, M. Charest, n’a pas payé de sa propre poche pour la belle moquette sur laquelle il dépose ses pieds. Il n’a pas payé de son argent personnel pour les beaux tableaux qui ornent les murs de son bureau. Il n’a pas non plus payé la belle vitrine par laquelle il regarde de haut les enfants de notre société.

Notre supposé honorable premier ministre assoit ses rondes fesses sur une belle chaise que vous et moi lui avons payée. Lorsque nous lui avons payé nos impôts et nos taxes, nous lui avons TOUS fait comprendre : « Monsieur le premier ministre, veuillez prendre soin de notre argent, assurez-vous que le crime organisé ne pige pas dans la caisse et assurez-vous surtout que chacun des dollars que l’on vous remet s’en aille dans la bonne case pour le bien de l’avancement de notre jeune société ». La journée du 22 mars, journée la grande manifestation de nos étudiants, aurait dû être la journée mondiale de l’eau. Deux rendez-vous manqués pour deux sujets vitaux pour notre avenir.

Que l’on soit en accord ou non avec le débat, il transpire une seule chose. Notre gouvernement reste bien assis sur sa chaise en riant de nos enfants et de leurs parents (nous). Il est facile de voir comment Jean Charest regarde la chose. Lorsque notre premier ministre se sent mal, il a toujours le même ton. Condescendent et suffisant. Il est tellement imbu de lui-même qu’il ose dire aux médias qu’il avait invité les étudiants à la discussion et que ceux-ci ont boycotté l’événement… et puis après? Ils veulent vous parler, maintenant; votre responsabilité est de les rencontrer. Nous vous payons pour cela, car vous et moi savons que plusieurs personnes pigent dans la caisse et au bout, ce sont les parents de ces enfants qui doivent payer.

Monsieur Charest, quand votre femme vous dit : « Chéri, faut que je te parle! », comme tous les hommes vous n’êtes pas toujours disposé à l’écouter à ce moment-là. Cela ne veut pas dire que la discussion ne doit pas avoir lieu! Aujourd’hui votre population vous parle, il est temps MAINTENANT de l’écouter! Un jour, Charles de Gaule s’est planté sur un balcon et il a dit une grande phrase dont on parle encore aujourd’hui. Pourquoi Jean Charest ne ferait-il pas un homme de lui et n’irait-il pas lui aussi sur un balcon pour crier haut et fort aux étudiants : « Je ne sais pas si je pourrai vous donner tout ce que vous voulez, mais je vais vous écouter maintenant, car c’est maintenant que vous me parlez! »

Cet article est classé sous :Jean Charest Étudiant Budget Sandra Paré
Thank you for the information! This is what I need.
instagram viewer

Olivia - 27 novembre 2017
https://cani-runit.org/ Being in the technical world, it is quite common for people to come across many unknown sources displayed

http://cani-runit.org/
https://cani-runit.org/ - 12 décembre 2017
career plus edu services pvt ltd india's no.1 abroad mbbs consultancy,About Columbus Central University

sanjana - 3 juillet 2019
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok