Mardi, 16 novembre 2010

PÉTITION POUR LA DÉMISSION DE CHAREST

Une pétition réclamant la démission du premier ministre Jean Charest a connu un départ canon, lundi, le jour même de son lancement sur le site Web de l'Assemblée nationale.

 

En fin de journée, plus de 20 000 signataires avaient donné leur appui à l'initiative, du jamais vu dans la courte histoire des pétitions électroniques administrées par l'institution parlementaire. L'accès au site Internet de l'Assemblée nationale était par moment impossible, plusieurs tentatives s'avérant nécessaires avant de voir apparaître la page demandée. L'initiateur du projet, un préposé aux bénéficiaires de 36 ans, a attribué ce résultat au ras-le-bol de la population envers le bilan des derniers mois du gouvernement.

« C'est clair que, dans mes livres à moi, je ne suis pas tout seul à avoir eu ce feeling là et comme je l'ai dit, les gens sont tannés de subir et ils veulent s'unir », a dit Steve Brosseau lors d'une entrevue téléphonique. M. Brosseau, un résident de la région de Montréal, a affirmé lundi que l'idée de cette pétition, qui sera accessible jusqu'en février, lui était venue il y a deux mois. « Les allégations de corruption, de collusion dans la construction et dans les garderies ou dans la nomination des juges, ça sortait à qui mieux mieux dans les médias et personne ne faisait rien, a-t-il dit. On ajoute à ça les gaz de schiste et tout le budget 2010, ça devenait urgent de faire quelque chose ».

M. Brosseau n'a pas fixé d'objectif mais il a affirmé qu'il sera satisfait si la pétition atteint 50 000, 100 000 noms ou même davantage durant la période de trois mois où elle sera accessible en ligne. « Plus on va avoir de membres (sic), plus ça va représenter la grogne populaire, plus ça va prouver qu'un simple citoyen peut changer la donne, peut changer les choses, a-t-il dit. C'est pas vrai que le Québécois est né pour subir les attaques répétées d'un gouvernement sans scrupules ». Le texte de la pétition dénonce le refus de M. Charest de mandater une enquête publique sur la construction, de décréter un moratoire sur le développement des gisements de gaz de schiste et de négocier les dispositions contenues dans le dernier budget.

Au chapitre des griefs, M. Brosseau en a contre les politiques fiscales du gouvernement et le gaspillage de fonds publics, dont par exemple la commission sur la nomination des juges, présidée par Michel Bastarache. « Ç'a été une dépense d'argent inutile, a-t-il dit. Tu regardes à l'autre bout quand tu travailles à 30 000 $ par année et qu'eux-autres en dépensent des millions pour des niaiseries de la sorte ». L'Assemblée nationale administre des pétitions électroniques depuis le printemps dernier seulement et aucune n'avait jusqu'ici connu un succès tel que celui constaté lundi.

Une pétition réclamant une enquête sur la construction avait recueilli 42 200 signatures en ligne mais sur une période beaucoup plus longue. M. Brosseau est un habitué des initiatives électroniques à saveur politique après avoir notamment créé une page Facebook opposée au dernier budget provincial qui a recueilli l'appui de 30 000 membres en un mois, au printemps dernier. Il a ensuite créé un regroupement, le Mouvement citoyen national du Québec, dont certains membres ont participé à des manifestations contre le budget du ministre des Finances, Raymond Bachand.

Mais petit à petit, le découragement a gagné cinq des sept administrateurs du mouvement et M. Brosseau a voulu trouver un nouveau moyen de pression, d'où la pétition. L'initiative a été parrainée par le député de Québec solidaire, Amir Khadir, mais M. Brosseau a indiqué qu'il ne fallait pas conclure à une affiliation politique. Selon M. Brosseau, M. Khadir a été le seul député à avoir donné suite à ses demandes de parrainage, une étape nécessaire pour recourir au site web de l'Assemblée nationale. « J'ai envoyé une demande à environ 10 députés de différents partis politiques de l'opposition et ç'a été le seul qui a daigné me répondre », a-t-il dit. 

PREMIER MINISTRE DU QUÉBEC

ASSEMBLÉE NATIONALE

Enquête - Mafia et construction
NeoRhino - Abolir les paradis fiscaux
Cet article est classé sous :Pétition Démissions Jean Charest
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok