Jeudi, 9 décembre 2010

AVEZ-VOUS VOLÉ VOTRE EMPLOYEUR ?

Un employeur sur deux se dit avoir été victime d’une fraude ou d’un vol de la part de leurs employés. Mais attention à ceux qui seraient tentés de commettre l’irréparable : un sondage SAS Léger Marketing indique que les employés qui essaient de commettre une fraude risquent fort d’être découverts !

 

Des employés sous-payés, en difficultés financières, qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts sont les plus susceptibles de passer à l’action en « empruntant un stylo, en oubliant de remettre l’argent dans la petite caisse, en surfacturant des heures non travaillées, ou pire encore, en falsifiant des documents pour obtenir plus rapidement des avantages dans l’entreprise. Inutile de mentionner que les comptables ont une lourde responsabilité en émettant les chèques de paie. Ce n’est pas tous les employés qui vont porter à l’attention de la comptabilité une erreur qui les favorise !

Ce phénomène est largement répandu dans toutes les entreprises. En période de difficultés économiques, l’employeur doit faire encore plus preuve de vigilance. Les employés honnêtes ne courent pas les rues. Combien de fois entendons-nous la phrase suivante : « Après tout, ce n’est pas grand chose, mon patron me doit bien ça. Je le mérite bien ». « Un changement de mentalité est nécessaire pour qu'on s'attarde à détecter les fraudes avant qu'elles n'aient lieu, plutôt que de débusquer les fraudeurs après qu'ils soient passés à l'acte », explique Wes Gill, chef de la gestion du risque d'entreprise chez SAS Canada.

« Faire preuve de diligence et de persévérance est utile, mais la technologie constitue la véritable solution. Les logiciels d'analyse d'affaires peuvent reconnaître les activités frauduleuses pendant qu'elles se déroulent, ce qui aide les entreprises à les détecter avant qu'elles n'aient bel et bien lieu. Préférez-vous prendre en chasse un voleur après qu'il ait quitté la scène du crime ou directement l'empêcher de vous voler? »

Seulement 4 % des cadres de grandes entreprises ont indiqué que les employés coupables de fraude ne se sont pas fait prendre, tandis que 10 % des fraudeurs dans des entreprises de taille moyenne n'ont pas été repérés. Plus des deux tiers des fraudeurs ont été identifiés après que la fraude a eu lieu (74 % et 69 %, respectivement, pour les grandes et moyennes entreprises).

AUTRES RÉSULTATS DU SONDAGE

  • 51 % des entreprises de taille moyenne ont retracé après coup des fraudes commises par des clients.
  • 47 % des grandes entreprises ont retracé après coup des fraudes commises par des clients.
  • 31 % de toutes les fraudes liées à la clientèle ont été détectées avant qu'elles ne soient commises (la proportion est la même pour les grandes entreprises et les entreprises de taille moyenne).
  • 55 % des cadres des secteurs de l'alimentation et du commerce de détail ont déclaré qu'un de leurs employés avait tenté de frauder leur organisation.
  • Tant dans le secteur gouvernemental que dans le secteur des services financiers, 46 % des cadres ont indiqué avoir été victimes d'une tentative de fraude commise par un employé.
  • Les tentatives de fraude par des employés ont été moins nombreux dans les services de consultation professionnelle, l'immobilier et les professions juridiques : 23 % des cadres de ces secteurs ont indiqué avoir eu à composer avec ce problème.

Le sondage a été mené du 3 au 26 mars auprès de 1 022 dirigeants d’entreprises. La marge d’erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

SAS CANADA

Cet article est classé sous :Vol Fraude Employeurs Bernard Gauthier
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok