Mercredi, 13 février 2013

L'INDISPENSABLE RELÈVE

la reussite

«Jean-Pierre, saches que j'apprécie réellement la qualité de ton travail, ainsi que la propreté dans laquelle tu laisses la maison lorsque tu finis de tirer tes joints.»

 
C'est ce que j'ai dit à mon tireur de joints hier matin, lorsqu'il faisait des travaux à la maison. J'ai lui ai même avoué, que malgré le nombre de plâtrier avec lesquels j'ai fait affaire dans ma vie, il était définitivement le plus efficace. La sincérité de cette remarque il fit chaud au coeur et il s'empressa de m'expliquer sa réelle passion pour son métier. «Malheureusement, disait-il, il est pratiquement impossible de trouver une relève.» Les jeunes ne démontrent pas d'intérêt pour l'apprentissage de ces métiers manuels de plus en plus en demande.

Son équipe, principalement composée de baby-boomers, ne sera pas en mesure de reprendre l'entreprise lorsqu'il prendra sa retraite. Il n'y aura pas d'éventuels partenaires qui auront l'expérience et l'expertise nécessaire. Il semblait attristé par ce phénomène et déçu par la tournure des évènements. «Ils veulent juste faire de l'argent et ne sont pas prêt à investir l'effort nécessaire.» Ce point de vue, je l'ai entendu à plusieurs reprises dans plusieurs domaines d'affaires différents. Cela reflète une conviction profonde de la génération de baby-boomers qui sont persuadés que le monde des affaires va s'écrouler lorsqu'ils prendront leur retraite.



Étant moi-même un baby-boomer, je déplore l'arrogance de ma génération envers les plus jeunes générations. Nous sommes persuadés que notre façon de faire est et sera toujours la seule bonne façon de procéder. On se plaint souvent des valeurs véhiculés par la génération Y. Ils sont, selon nous, paresseux, impatients, déraisonnable dans leur demande et désengagés. Nous souhaitons que ces jeunes soient plus sensible, accommodants, respectueux et partant pour tout faire de notre façon. Ces attentes sont déraisonnables.

Si nous souhaitons réellement engager les employées de la génération Y, il faut comprendre que nous devons changer notre attitude envers eux. Nous devons nous adapter, pas eux. Nous devons faire l'effort de les comprendre, les valoriser et les encourager. Nous devons leur donner de l'espace pour être créatif et faire leur propres erreurs ce qui les rendront fier de leur accomplissements et de leur organisation. La bonne nouvelle, c'est qu'il est maintenant possible d'augmenter l'engagement de nos troupes envers l'entreprise qui nous tient à coeur. En prenant action le plus rapidement, vous pourrez vous attendre à des révélations surprenantes dans les prochains mois.



En avril, Dale Carnegie offre gracieusement un atelier nommé «Comment les bons leaders génèrent des employés engagés» en anglais, à Montréal. Nous espérons sincèrement que vous prendrez l'initiative de vous joindre à nous.

L'ATELIER DALE CARNEGIE
Cet article est classé sous :Dale Carnegie Mark Yerbury Relève
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok