Vendredi, 12 avril 2013

RÉAL BOSSÉ, VÉTÉRAN À LA LNI

En mars dernier, notre journaliste s'est entretenue avec le comédien Réal Bossé avant d'assister à un match de la Ligue nationale d'improvisation (LNI), au Club Soda.

 
À l'aube des finales de la ligue, qui débuteront à la fin avril, elle a questionné l'homme à tout faire de la scène artistique québécoise – qui aurait même été vu dans trois vidéoclips de Luc De Larochelière –  sur son loisir numéro un : l’improvisation.

L.M. : Avec la carrière que tu mènes actuellement, trouves-tu toujours le temps de faire de l'impro?

R.B. : Absolument. C'est une occasion en or pour rencontrer des gens et c'est toujours amusant. Il faut arriver stimulé et, bien que ce soit un excellent évacuateur de stress, il faut vivre avec l'obligation de fournir du matériel... L'impro c'est un divertissement de l'ordre du cabaret, des morceaux de théâtre qui prennent forme et se raboutent. Je trouverais cela plate de la percevoir comme un travail...

L.M.  : Les matchs de la LNI coïncidant avec la diffusion de 19-2, es-tu déçu de ne pouvoir te voir à l'écran?

R.B. : [rires] J'écoute rarement ce que je fais. Non pas parce que j'ai un problème à me voir à l'écran, mais parce que je connais l'histoire.

L.M.  : Raconte-nous un ou deux de tes souvenirs les plus chers...

R.B. : Je garde un beau souvenir du printemps 1995, où nous étions une bande de jeunes recrues inconnues, dont Christian Vannasse, Sylvie Moreau, Stéphane Crête et moi, envoyés à Paris pour participer à des matchs. C'était drôle de voir la réaction des amateurs d'impro, qui s'attendaient à retrouver les Gaston Lepage et Normand Brathwaite! Disons que la pression était au rendez-vous…

Un autre moment marquant au cours de ma « carrière » dans la LNI est la fois où j'ai joué avec le cofondateur de la ligue, Robert Gravel. J'avais parfois des discussions avec lui et nous n'étions pas toujours d'accord avec nos opinions respectives... voire rarement. Or, sur la « patinoire », on n'est jamais ce que l'on dit, mais ce que l'on fait. Alors, on réglait nos trucs avec un clin d'œil d'artistes qui se reconnaissent. Robert était un peu réticent à laisser entrer les jeunes au sein de la LNI. Et comme j'avais intégré la ligue dès l'automne qui succédait au printemps en France, il trouvait que j'étais rentré par une drôle de porte…



L.M. . : Parle-moi des bénéfices que l'on tire à faire de l’improvisation?

R.B. : D'abord, la même impulsion doit revenir chaque fois. Les gens sont souvent surpris que je travaille sur du drame et de la comédie en même temps. À cela, je réponds : on peut jouer Shakespeare et Molière et la LNI est l'occasion par excellence pour travailler différentes facettes du métier. Même que c’est un placement. La panique devient carrément une muse, une sorte de catapulte de coups de pied au cul dans l'univers [rires]. L'impro n'est pas du théâtre organisé, elle va toujours se battre contre la structure. Comme les comédiens eux-mêmes ne savent pas ce qui va se passer, le public, qui le sait encore moins, a moins d'attentes. C'est une machine qui a inventé des spécialistes-généralistes!

L.M.  : C'est comment, de jouer au Club Soda?

R.B. : C’est comme une grande allée de quilles. Ce n'est pas la meilleure salle pour faire de l'impro, pas plus que le Medley, qui était trop grand pour le type de spectacle. L'idéal, pour donner une performance optimale, serait de jouer dans une salle multidisciplinaire de 500 places en forme de cuve.

L.M.  : Finalement, sur quoi travailles-tu en ce moment?

R.B. : Je travaille sur un spectacle pour enfants, un spectacle avec Stéphane Lafleur, un film avec la gang d’États-Humains, et j'ai un autre projet en vue avec Sylvie Moreau.

Source : LaMetropole.com

LNI

RÉAL BOSSÉ
Cet article est classé sous :Réal Bossé LNI Valérie R. Carbonneau
The Home Depot Inc. or then again Home Depot is an American home improvement supplies retailing organization that sells devices, development items, and administrations. The organization is headquartered at the Atlanta Store Support Center in unincorporated Cobb County, Georgia. The Home Depot was helped to establish by Bernard Marcus, Arthur Blank, Ron Brill, and Pat Farrah in 1978.

The Home Depot's recommendation was to construct home-improvement superstores, more significant than any of their rivals' offices. Venture financier Ken Langone caused Marcus and Blank to verify the vital capital. Home Depot stores normal 105,000 ft2 (9,755 m2) in size and is composed of stockroom style, stocking a vast scope of provisions. Home Depot's two biggest stores are situated in Vauxhall, New Jersey, which envelops 217,000 sq.ft of space, and in Anaheim Hills, California, where it includes 204,000 sq.ft. Get more information about the home depot survey by click on the given website.

cheff - 21 octobre 2019
Great info! I recently came across your blog and have been reading along. I thought I would leave my first comment. I don’t know what to say except that I have. 먹튀검증사이트


haris khan - 15 novembre 2019
On this page you can read my interests, write something special. 메이저사이트


haris khan - 15 novembre 2019
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok