Lundi, 3 janvier 2011

DES BORDEAUX À PRIX RAISONNABLE

Château de Camarsac à Camarsac (Gironde)

J’ai rencontré Rémi Garuz, vice-président du Groupe Organique Bordeaux et Bordeaux Supérieur lors de son passage à Montréal. Nous avons eu un entretien des plus intéressants.

 
Q. Quel est le territoire sur lequel s’étendent les dénominations Bordeaux et Bordeaux Supérieur?

R. Les AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur recouvrent 55 % du vignoble de la Gironde, avec 63000 hectares et environ 6300 viticulteurs, ce qui les place au premier rang des vins fins dans le monde.

Q. Combien d’appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur existent?

R. Par la diversité des terroirs, des climats et la tradition dans la vinification, les Bordeaux et Bordeaux Supérieur se classent en sept appellations distinctes :

Bordeaux Rouge
Bordeaux Supérieur Rouge
Bordeaux Blanc
Bordeaux Supérieur Blanc
Bordeaux Rosé
Bordeaux Clairet et
Crémant de Bordeaux

Q. Quels sont les cépages autorisés dans ces appellations?

R. Les vins de Bordeaux sont des vins d’assemblage.  Pour les blancs, les cépages autorisés les plus employés sont le Sémillon le Sauvignon et la Muscadelle; accessoirement, on emploie aussi le Merlot Blanc, le Colombard et l’Ugni blanc. Pour les rouges, l’INAO n’autorise que six cépages, dont trois dits nobles : le Cabernet Sauvignon, le Cabernet Franc et le Merlot; on retrouve aussi le Malbec ou Cot, le petit Verdot et le Carmenère.

Q. Pouvez-vous nous décrire ces appellations?

R. Les Bordeaux Rouge viennent en tête de par le volume de production, avec 2 millions d’hectolitres. Ils sont produits sur plus de 43000 hectares. Ce sont des vins qui se consomment jeunes. Ils sont prêts entre six à huit mois après la récolte. Ils peuvent être souples ou corsés.

Les Bordeaux Supérieur Rouge s’étendent sur 9500 hectares. Ils exigent une élaboration plus longue : un an d’élevage minimum. La production est de 500 mille hectolitres et c’est celle des grands Châteaux. Ils sont plus corsés et plus charpentés. Ce sont des vins aptes au vieillissement, qui se gardent facilement de 5 à 10 ans.

Les Bordeaux Blanc secs sont généralement fruités et floraux, ont de la finesse et de la rondeur. Ils s’étendent sur 6300 hectares. La production est de 300 000 hectolitres par année.

Les Bordeaux Supérieur Blanc. Ils ne s’étendent que sur 36 hectares et ne sont produits que par 40 producteurs. Ce sont des vins doux, faits avec des raisins très mûrs qui leur confèrent sucre et alcool. Ils se gardent en cave pendant de nombreuses années.

Les Bordeaux Rosé ont une robe rose pâle, des tanins non agressifs et beaucoup de fraîcheur. On les déguste à une température de 8 degrés maximum. Les Bordeaux Rosé connaissent un développement exponentiel qui est passé en cinq ans de 35 000 à 200 000 hectolitres.

Le Bordeaux Clairet, aussi appelé Claret. La différence est perceptible avec le Rosé; le Clairet a une robe plus intense, des tanins également plus présents et ronds. On le déguste à une température de 11 degrés.

Finalement, Crémant de Bordeaux est une appellation relativement récente, qui date de 1990. Elle reconnaît des vins effervescents dont la tradition bordelaise remonte au XIXe siècle. Ils sont élevés dans des galeries souterraines des vallées de la Dordogne et de la Garonne. Ils sont réputés par la finesse de leurs bulles et sont produits en blanc et en rosé.

Q. Pour nous, au Québec, les vins de Bordeaux riment avec qualité; nous les associons aussi à des prix élevés.  

R. C’est une erreur! Les Bordeaux et Bordeaux Supérieur sont aujourd’hui proposés à des prix très raisonnables!

Pour le prouver, Rémi Garuz  m’a fait déguster trois vins. Le premier, un Château Suau Bordeaux 2009, fait de Sauvignon blanc, de  Sémillon et de Muscadelle, Médaillé d’or en 2010. Robe claire, nez minéral, sec, léger et fruité en bouche, avec des notes de pêche, de pamplemousse,  d’agrumes et de fleurs. Il se vend à la SAQ à seulement 13,95 $.

Nous avons dégusté ensuite un Sirius Bordeaux Rouge 2008, fait de Merlot et de Cabernet. Produit par la Maison Sichel, négociant bien connu à Bordeaux. Robe rouge violet, arômes de fruits mûrs et de fruits rouges. En bouche, il est sec, moyennement corsé, avec des tanins soyeux et beaucoup de finesse. Il se détaille au prix de 13,05 $.

Nous avons terminé avec un Château Pey La Tour Bordeaux 2008 fait de Merlot et de Cabernet Sauvignon. Très belle robe rubis foncé, arômes de fruits mûrs très élégants; en bouche, beaucoup d’élégance, de la fraîcheur, de la rondeur, un très bel équilibre et une belle finale. Un Bordeaux standard dont le prix de vente en succursale est16,70 $.

J’ai remercié Rémi Garuz en lui exprimant que la qualité de ces vins et leurs prix très raisonnables avaient été une découverte pour moi et que j’étais certain qu’ils raviront les consommateurs québécois!

Samy Rabbat
Cet article est classé sous :Bordeaux Roger Huet Samy Rabbat
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok