Vendredi, 3 mai 2013

LES CLIMATS DE BOURGOGNE

Photos : Jimmy Hamelin

La Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO comporte 962 biens constituant le patrimoine culturel et naturel qu’elle considère comme ayant une valeur universelle exceptionnelle.

 
Cette Liste comprend 745 biens culturels, 188 naturels  et 29 mixtes  répartis dans 157 États. La France a tellement de sites classés qu’elle n’a plus le droit de présenter qu’un seul bien en candidature par année. Cette année elle a proposé les Climats de la Bourgogne. Une délégation est venue à Montréal pour la promotion des vins de Bourgogne. Elle était présidée par Albéric Bichot, Directeur général de la Maison Albert Bichot, accompagné de Nelly Blau-Picard, responsable marketing et  communication export du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne et de Cecile Mathiaud, attachée de presse au même bureau.

La Sopexa a organisé une soirée «Vins de Bourgogne & Montréal, l’accord parfait», au restaurant Le Filet, le 16 avril dernier, où nous avons été accueillis par Mme Johanna Raynaud, responsable des relations publiques et médias. Monsieur Bichot nous a expliqué que «Climats et lieux-dits de Bourgogne» est un terme typiquement bourguignon qui définit le terroir. Les climats sont donc des parcelles de terre bien délimitées avec des sols et des climats spécifiques travaillées par des hommes pour produire deux cépages : Le Pinot Noir et le Chardonnay, et qui a donné naissance a une mosaïque de crus hiérarchisés; les vins de Bourgogne sont majoritairement monocépages. Trois choses caractérisent  les climats : l’environnement , le patrimoine et les hommes.



Du point de vue de l’environnement, le terroir de Bourgogne présente une configuration géographique et géologique variée. Chaque « Climat» a un relief, une exposition, une altitude et une végétation unique. Les sols et les sous-sols alternent l’argile, le calcaire et la marne d’origine marine du Jurassique.

Depuis 2000 ans, les hommes ont défriché et planté des vignes, construit des chemins et des clos et délimité et façonné les terroirs ou climats. Leur savoir-faire est le résultat de cette longue marche du temps, qui constitue leur patrimoine. Leur histoire et aussi leurs climats, portent l’empreinte des hommes qui ont travaillé la terre, avec l’omniprésence des moines mais aussi des évêques, des princes et des rois qui ont favorisé le développement de la vigne, et parfois l’ont dérangé avec leurs guerres.

À la soirée «Vins de Bourgogne & Montréal, l’accord parfait» nous avons été accueillis avec un Crémant de Bourgogne blanc Vitteau Alberti, rafraichissant et délicieux.



Au premier service on nous a  servi une assiette composite : cardeau, prune japonaise, wasabi, concombre, pétoncles, avocat, orange et betterave. Elle était accompagnée de deux vins : d’abord un Bourgogne Aligoté 2011 du Domaine Goisot et  ensuite un Chablis 1er Cru, les Vaucopins 2010, Domaine Long-Dépaquit et tous les deux accompagnaient très bien ce mets.
Au deuxième service on nous apporta du Tataki de Wagyu, aubergine, miso, tartare de thon, œuf confit et nori. En accompagnement d’abord un Mercurey 1er Cru, Les Ruelles 2010, Château de Chamirey et ensuite un Givry 1er Cru, Clos Grand Marole 2009, du Domaine Joblot, deux vins merveilleux.

Le troisième service était composé d’un demi homard, hollandaise à l’oursin, risotto au crabe, asperges, jus de crustacés. Trois vins délicieux en accompagnement  : un Mâcon-Bussières, Cuvée Claude Seigneuret, 2011 du Domaine de la Sarazinière, suivi d’un Pouilly-Loché, La Colonge 2010, de la Maison Bret Brothers et finalement un Saint-Aubin 1er Cru, les Murgers des Dents de Chien 2010 du Domaine Jean Chartron.



Autant le deuxième que le troisième service, dont les mets présentaient des poissons et des fruits de mer, nous prouvaient combien les vins rouges de Bourgogne peuvent être délicats et versatiles. Il est vrai que des vins blancs de Chablis et même un crémant de Bourgogne très sec auraient aussi fait un merveilleux mariage.

Au quatrième service on nous a servi du canard, noix de Grenoble, dattes, pleurotes, cavatelli, foue de veau et copeaux de foie gras accompagnés de trois autres vins : un Bourgogne, Cuvée Halinard, 2010, du Domaine Dugat-Py, suivi d’un Gevrey-Chambertin 1er Cru, Bel Air, 2008 du Domaine Philippe Pacalet et finalement un Clos des Lambrays Grand Cru 2009, du Domaine des Lambrays. Trois accords parfaits.



Le cinquième et dernier service était composé d’un plateau de Langres, ces célèbres fromages de la région de champagne qui sont une Appellation d’origine Contrôlée (AOC), accompagné d’un Puligny-Montrachet 1er Cru, Les Caillerets 2008 du Domaine Yves Boyer-Martenot et qui terminait avec une broche d’or ce merveilleux souper.
Ce repas, comme la gentillesse et la gaité de nos hôtes bourguignons reste pour nous tous, un moment mémorable.

Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne
12, Boulevard Bretonnière, BP 60 150
21204 Beaune Cedex, France

Albéric Bichot
Maison Albert Bichot

SOPEXA

Johanna Raunaud
Responsable des relations publiques & médias
Sopexa Canada Ltée
2020 University, bureau 2400
Montréal, Québec H3A 2A5

SAMY RABBAT

Cet article est classé sous :Bourgogne Roger Huet
5361AB 7-seg 5361AB Display 5361AB LED 5361AB
5361BB 0.56 inch 5361BB 3 Digit 5361BB LED 5361BB


LED Segment Display - 28 juillet 2019
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok