Mercredi, 20 mars 2013

JIM FLAHERTY TENTE DE CRÉER UN CARTEL?

Le ministre des Finances Jim Flaherty a été fortement critiqué mardi pour avoir exercé des pressions sur un prêteur hypothécaire du secteur privé afin que celui-ci hausse ses taux d'intérêt.

 

 

"C'est un comportement de république de bananes", a déploré le leader du Nouveau Parti démocratique, Tom Mulcair, qui a ajouté que le ministre n'avait pas d'affaires à interférer avec le libre marché. Le leader libéral par intérim, Bob Rae, a qualifié les actions du ministre de "ridicules" et noté que celles-ci avaient pour conséquence d'augmenter les coûts de l'emprunt pour les Canadiens.

"Soit nous avons un marché, ou soit nous n'en avons pas", a-t-il fait valoir. "Les banques font d'énormes profits. L'idée voulant qu'elles n'aient pas le droit d'offrir une pause aux consommateurs est ridicule et l'idée qu'un ministre des Finances tente essentiellement de créer un genre de cartel parmi les banques et les institutions financières en ce qui a trait à ce qu'elles peuvent offrir aux consommateurs au chapitre des taux d'intérêt est, je crois, complètement inappropriée, et complètement mauvaise."

Le ministre Flaherty a admis mardi avoir demandé à un membre de son personnel de donner un coup de fil à la Financière Manuvie (TSX:MFC) après que celle-ci eut fait passer de 3,09 pour cent à 2,89 pour cent son taux d'intérêt hypothécaire d'une durée de cinq ans, fermé. La société a rapidement renversé sa décision en expliquant dans un communiqué "avoir consulté le ministère des Finances".

C'était la deuxième fois en quelques semaines que le ministre interférait avec le marché hypothécaire. Plus tôt en mars, M. Flaherty avait publiquement fait part de son mécontentement lorsque la Banque de Montréal (TSX:BMO) avait revu à la baisse le taux de son prêt hypothécaire de deux ans, passé de 3,09 pour cent à 2,99 pour cent. Dans ce cas, la Banque de Montréal n'a pas modifié son offre. Quelques jours plus tard, M. Flaherty avait remercié les grandes banques du pays de ne pas avoir imité la Banque de Montréal.

Depuis que le gouvernement fédéral a resserré les règles hypothécaires en juillet, le marché canadien de l'habitation a considérablement ralenti aux chapitres des ventes, des mises en chantier et même des prix. Il y a deux semaines, la Banque du Canada a indiqué ne plus être aussi inquiète au sujet du niveau d'endettement des ménages canadiens et a affirmé ne pas s'attendre à ce que la situation se détériore davantage.

M. Flaherty a indiqué aux journalistes qu'il avait agi de la sorte avec la Financière Manuvie pour empêcher les prêteurs de trop s'exposer au risque et qu'il était satisfait de la décision qu'elle avait prise. "Comme je l'ai déjà dit, nous encourageons la prudence dans les pratiques de prêt, nous ne voulons pas une course au plus bas taux hypothécaire de la part de nos institutions financières, alors je suis ravi de leur réponse", a-t-il déclaré. "J'ai demandé à un membre de mon personnel de les appeler pour leur indiquer que je n'étais pas content, et c'est ce qui est arrivé avec la Banque de Montréal, sauf que dans ce cas-là j'avais appelé moi-même."

Cet article est classé sous :Hypothèque Jim Flaherty Ministre Finance
Thank you for sharing! Glad to find the post. Hope to see more information soon. instagram online

Jack - 6 février 2018
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok