Mardi, 30 novembre 2010

LOGEMENTS SOCIAUX : CE N’EST PAS ASSEZ!

La semaine dernière, Québec et Montréal annonçaient la construction prochaine de la Coopérative d’habitation Concorde, un ensemble de 48 logements sociaux destinés aux familles. Un projet d’environ 11 M$.

 

Cette annonce est une goutte d’eau dans un océan de gens démunis. Elle ne vise qu’à apaiser la grogne. La Ville de Montréal a beau dire que depuis 2003, près de 12 000 logements communautaires ont été réalisés ou en voie de l’être, les besoins sont immensément plus grands. Dans son communiqué du 15 novembre dernier, le FRAPRU indique que le non-paiement du loyer est d’abord un problème d’incapacité de payer. Et pour cause! Les prix des logements augmentent plus rapidement que le coût de la vie et des salaires.

Pire encore, lorsque les gouvernements provincial et municipal augmentent les taxes et en imposent de nouvelles, la facture est toujours refilée aux locataires. En bout de ligne, tout le monde est essoufflé. Le pouvoir d’achat diminue lentement mais sûrement. Autrefois, les analystes estimaient que 25 % des revenus étaient consacrés au logement. C’était une norme acceptable. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir ce nombre grimper à 50 %. À ce rythme, Montréal sera transformée peu à peu en une ville pour les riches avec la construction sans relâche de condos et pour les plus défavorisés avec des logements sociaux. À moins que vous ne soyez déjà propriétaire d’une maison libre de toute hypothèque, les jours pour les prochaines générations s’annoncent plutôt difficiles à Montréal.

Il y a toujours la solution de choisir de vivre avec des colocataires pour partager le coût du loyer. Cette solution est peut-être viable pour les étudiants, mais loin de l’être pour les plus âgés, qui veulent un peu d’intimité dans leur vie! Dans son dernier budget, le ministre Bachand annonçait des investissements de 210 M$ pour la réalisation 3 000 logements sociaux dans le cadre du programme AccèsLogis d’ici 2014-2015. Quoiqu’en disent les gouvernements, si rien n’est fait, si la construction de coopératives d’habitation ne s’accélère pas, le calcul est simple à faire : il y aura plus de gens dans la rue et les drames sociaux ne feront qu’empirer. 

FRAPRU

ACCÈSLOGIS

TERRAINS POUR LOGEMENTS SOCIAUX...

Cet article est classé sous :FRAPRU Bernard Gauthier Logements sociaux
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok