Mercredi, 27 avril 2011

LES ANTIPLAQUETTAIRES: À CHACUN SA DOSE

Les antiplaquettaires, comme l'aspirine et autres médicaments, préviennent l'agrégation plaquettaire en rendant les plaquettes sanguines moins susceptibles de s'agglutiner ensemble.

 

Les plaquettes collantes, qui sont courantes dans les vaisseaux sanguins endommagés, peuvent former un caillot sanguin et entraîner un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Or, l'Institut de Cardiologie de Montréal participe à une première expérience avec un traitement antiplaquettaire personnalisé au cours de laquelle il a été démontré que l’incidence de mortalité ou de crise cardiaque n’est pas réduit d’autant lorsque la dose d’un agent antiplaquettaire, le clopidogrel, est doublée. 

« Les résultats issus de l’étude GRAVITAS sont étonnants, puisqu'ils ne soutiennent pas la stratégie de traitement qui consiste à administrer le clopidogrel à dose élevée à tous les patients présentant une réactivité élevée pendant le traitement »,  explique le Dr Jean-François Tanguay, cardiologue interventionnel à l'Institut de Cardiologie de Montréal, professeur de médecine à l'Université de Montréal et chercheur principal pour cette étude au Canada.

INSTITUT DE CARDIOLOGIE

Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok