Jeudi, 28 avril 2016

DAVE MORISSETTE GAGNANT À VIE...

C’est un concours de popularité, le Gala Artis du réseau TVA. Ce n’est pas mon rayon, plutôt celui de mon ami Michel Girouard, mais bon, qu’il me soit permis de faire une intrusion, pour une fois.

 
C’est déplorable que Télé-Québec, V, et RDS, qui font de la maudite bonne télé, passent sous le tapis. Il y en a que pour TVA. Comme si les autres n’existaient pas. Je me suis toujours demandé pourquoi les diffuseurs, outre TVA bien sûr, n’embarquaient pas. Ils auraient avantage à promouvoir ce gala sur leurs ondes pour leurs artisans. Comment expliquer que l’émission Les francs-tireurs ne soit même pas en nomination dans la catégorie émission d’affaires publiques?

Ce qui me répugne le plus, cependant, c’est de laisser croire que Dave Morissette, qui est devenu populaire après sa confession sur l’usage de stéroïdes en pleine télé, et qui n’a même pas compté dix buts dans sa courte carrière de dur à cuire dans la LNH, ait été nommé pour une cinquième année l’animateur sportif de l’année. Je m’excuse, mais c’est une honte pour la profession. Ce n’est rien de personnel contre Morissette, je pointe du doigt les décideurs, celui en particulier qui a eu la brillante idée de donner un show à Morissette. J’en ai gros sur le cœur aussi contre les décideurs qui donnent des micros à des ex-joueurs de hockey qui massacrent la langue de Molière. Pas tous, mais plusieurs.

On ne viendra pas me faire croire que Morissette est un meilleur animateur que Stéphane Langdeau, Chantal Machabée, Ron Fournier (il n’était même pas en nomination), Pierre Houde, Mario Langlois (pas non plus en nomination), Jeremy Filosa, et les gars du 5 à 7 à RDS, Yanick Bouchard et Frédéric Plante.



Pour que ce soit sérieux et équitable comme gala, il devrait y avoir des boîtes de scrutin, comme pour les masques, au Centre Bell, dans les amphithéâtres de la LHJMQ et dans les Cages aux Sports, là où sont les sportifs. Nous aurions l’heure juste. Et dire que Marie-Claude Savard, a déjà eu un Félix dans la catégorie animateur sportif? C’est complètement ridicule. Je parie déjà que Morissette va de nouveau remporter les grands honneurs l’an prochain. Ce n’est pas compliqué, c’est comme pour un candidat libéral dans St-Léonard, c’est une victoire assurée avant le signal de départ. Un cochon peint en rouge remporterait l’élection.

J’en appelle au boycott de cet événement par les commentateurs sportifs. Ce serait une bonne façon de faire passer un message. Il y a des limites, tout de même, à se faire ridiculiser. Et non, je n’ambitionne pas de faire carrière à TVA.

MON TOP CINQ DES MEILLEURS COMMENTATEURS SPORTIFS: Ron Fournier, Pierre Houde, Mario Langlois, Stéphane Langdeau et Denis Casavant, et des mentions honorables à Chantal Machabée, Marc Denis, Jeremy Filosa, et les boys du 5 à 7, Yanick Bouchard et Frédéric Plante.



STEVEN STAMKOS LA PIÈCE MAÎTRESSE

Le pape des journalistes sportifs, Réjean Tremblay, s’est prononcé, le vicaire Yvon Pedneault également, et le cardinal Serge Savard aussi. Le Canadien doit signer Steven Stamkos pour aspirer à la Coupe Stanley dans un proche avenir, ou le pendant de Stamkos. On ne peut pas se fier au repêchage, un choix de première ronde n’est pas nécessairement garant de l’avenir. Il y en a eu des flops dans le passé. Le futur du Canadien c’est maintenant. La venue de Stamkos apporterait à coup sûr un changement de culture au sein de cette organisation, prise depuis trop longtemps dans un carcan défensif. Depuis Alex Kovalev, le Canadien n’a pas eu un attaquant capable de soulever les foules. On veut des buts!

Steven Stamkos aurait le tout Montréal à ses pieds. Les joueurs sont payés en argent américain, et il y a assurément un commanditaire majeur quelque part qui aimerait bien avoir Steven Stamkos comme porte-parole. Alors allume Bergevin, avant qu’il ne soit trop tard, et que la flamme ne s’éteinde. Courez à l’oratoire St-Joseph allumer des lampions pour qu’un miracle se produise.



BRETT CECIL LE LANCEUR ROBOT


Les défaites en avril peuvent faire aussi mal qu’en septembre. C’est long une saison de baseball, un marathon de 162 matchs. Le releveur Brett Cecil coûte de précieuses victoires aux Blue Jays, une fois de plus cette semaine il a bousillé une avance de 5-1 contre les surprenants White Sox de Chicago. Gibbons a avantage à le rétrograder dans les mineurs, le plus vite sera le mieux. Cecil lance comme un robot, il ne travaille pas ses frappeurs. Les frappeurs savent déjà à quoi s’attendre. Cecil présentait une fiche de 0-4 avec une mpm de 8,35 au moment de mettre sous presse. Pourquoi l’entraîneur John Gibbons s’entête-t-il à l’utiliser constamment? Cela pourrait bien lui coûter son job en bout de ligne.



ÉRIC GAGNÉ REDONNE À SON SPORT


On aura beau lui reprocher d’avoir fait usage de stéroïdes anabolisants, mais force est d’admettre qu’il redonne à son sport. Et en passant, son Cy Young, il l'a gagné avec son bras, pas celui d’un autre.



Éric Gagné est un des actionnaires des Aigles de Trois-Rivières dans la ligue Can Am, et il parraine un jeune Québécois de Montréal-Nord, Jesen-Dygestile Therrien, dans le A, avec les Treshers de Clearwater, dans l’organisation des Phillies de Philaldelphie. Le jeune s’entraîne l’hiver en Arizona, et habite chez Éric Gagné. Pour lui, Gagné est un mentor, et il a apparemment le talent et la détermination pour faire les majeures. Therrien a conservé une fiche de 5-0 l’an dernier dans le A, et une mpm inférieure à 2.00.



BASEBALLPLANETE.COM

Je suis un amateur de baseball depuis 1968. Je suis tombé sous le charme lors de la série mondiale entre les Cards de St-Louis et les Tigers de Détroit. C’était l’année avant l’arrivée des Expos. J’ai encore frais en mémoire les duels épiques entre les deux formations. Bob Gibson, le 45 des Cards, avait impressionné la planète baseball avec 17 retraits sur trois prises. Je me souviens du défilé avec les joueurs des Expos dans les rues de Montréal. Mon plus jeune frère Sylvain, prenait place dans une décapotable avec le soigneur Joe Lisio dans son uniforme jaune des Mets de ville d’Anjou.

Les retours de Rusty Staub et Gary Carter dans l’uniforme des Expos, d’un match de trois circuits de Gary Carter contre les Pirates de Pittsburgh, du championnat des Expos. Bref, j’espère vivre assez vieux pour assister au retour des Expos. Je refuse de croire que Montréal est strictement une ville de hockey. Le baseball a une tradition à Montréal avec les Royaux et Jackie Robinson.



Pour tout vous dire, le baseball est mon sport de prédilection, un sport qui respecte la tradition, et qui n’est pas limité par le temps. Voilà autant de raisons qui m’ont convaincues de lancer avec mon fils aîné un site exclusivement sur le baseball, baseballplanete.com. À ma façon, je redonne à mon sport. Nous en sommes à nos premiers balbutiements, mais nous sommes dans la bonne direction.

POST MORTEM DU CANADIEN
ok