Mardi, 17 mai 2016

HISTOIRES DE COUPE STANLEY…

Guy Lafleur vole la coupe. La Coupe Stanley est assurément le trophée le plus populaire, tous sports confondus. Et même si la Ligue nationale change les règlements au gré du vent, il serait surprenant qu’un jour on donne un autre nom à la coupe.

 
L’une des histoires les plus savoureuses avec la Coupe Stanley est survenue dans les années 70 avec Guy Lafleur. Le démon blond avait omis d’avertir le Canadien et la LNH qu’il faisait un petit détour vers Thurso, sa ville natale, avec la Coupe Stanley dans le coffre arrière de sa voiture. Il pouvait bien sûr compter sur la discrétion de ses coéquipiers. Guy faisait l’unanimité dans le vestiaire, un joueur vénéré par ses coéquipiers. Depuis, le gros bol d’argent est sous haute surveillance.



LA COUPE ET PAUL BUISSON

Pour le jour de ses 40 ans - Paul est décédé à 41 ans - sa conjointe Suzanne Aubin, aujourd’hui à l’emploi de RDS, avait préparé toute une fête à l’ami Paul. Pour la circonstance elle avait engagé un orchestre de Mariachi, décoré la cour arrière de la résidence à St-Augustin de Mirabel avec une dizaine de palmiers. Bref, l’ambiance était festive. Le plat de résistance, une coupe Stanley en cadeau à Paul. Une réplique quasi parfaite de la Coupe Stanley. Une Coupe Stanley, sa coupe, que Paul trimbalait un peu partout en tournée avec son groupe de musique Hors Jeu, jusqu’au jour où la LNH interdise à Paul de véhiculer le trophée emblématique, ce qui laissait croire qu’il s’agissait de la vraie Coupe Stanley. La réplique était à ce point parfaite.



C’était un peu beaucoup mesquin de la part de la LNH. J’ai toujours pensé que le Canadien y était pour quelque chose dans cette histoire. Suzanne avait payé dans les quatre chiffres pour l’œuvre d’un artisan de la région. Il n'y avait rien de trop beau pour l’homme de sa vie au cœur d’or!

UNE JOURNÉE AVEC LA COUPE

J’ai eu le privilège de passer une journée avec la Coupe Stanley en 2014, l’année où les Kings de Los Angeles l’ont gagnée. Le dépisteur des Kings pour le Québec, Denis Fugère, a fait une fête chez lui à St-Jérôme avec la Coupe Stanley, en présence bien sûr d’un responsable de la sécurité de la LNH. M. Fugère avait invité des joueurs des Panthers de la ligue de hockey junior du Québec, des élus de la région, des amis, et des voisins. Pour l’occasion, la ville de St-Jérôme avait barré la rue, et assuré une surveillance policière devant la résidence de M. Fugère. Les joueurs et les membres d’une équipe championne ont tous le droit d’avoir la coupe pendant 24 heures.


Photo: Facebook

J’ai bu dans la coupe Stanley. Pas du champagne, mais du punch. Le champagne, c’est pour les richissimes joueurs de la LNH. Ce fut particulier d’avoir la coupe dans ses bras, objet de tant de convoitise chez les joueurs et partisans de partout dans le monde.

LA COUPE DANS LE PAVILLON DE L’ONTARIO

Le Canadien aurait donné beaucoup pour avoir la Coupe Stanley dans le pavillon du Québec en 1967, l’année de l’Expo. Montréal était le point de mire de la planète. Mais les Maple Leafs de Toronto sont venus jouer les trouble-fête, de sorte que la Coupe Stanley était exposée au pavillon de l’Ontario, au grand dam des partisans du Canadien. Les Maple Leafs de Toronto n’ont pas gagné la coupe depuis. Le Canadien a gagné la Coupe Stanley en 1968 contre les Blue de St-Louis, mais le maire Drapeau aurait assurément préféré, tout comme les partisans, gagner la Coupe en 1967. C’eut été la cerise sur le sundae.



LA COUPE DÉPLACE DE L’AIR


La coupe Stanley en a fait du millage, au fil des ans. Partout au Canada, aux États-Unis, en Russie, en Allemagne, en Tchécoslovaquie, en Suède, etc. La Coupe Stanley n’a pas été vue encore en Afrique, en Australie, en République dominicaine, au Mexique et en Chine notamment. Chose certaine, selon certains observateurs, la Coupe Stanley aurait parcouru 250 000 kilomètres depuis 1967. C’est du millage en ta... Prochain séjour à Montréal prévu pour 2020…



CICCONE: LE GOON DE LA RADIO SPORTIVE
ok