Mercredi, 11 février 2015

L’AUTOPSIE DE LA SÉRIE LANCE ET COMPTE

L’auteur Réjean Tremblay a-t-il fait le tour avec sa télésérie Lance et Compte?

 
Force est d’admettre qu’il nous aura gardé sur le qui-vive, nous aura aussi surpris par moment, comme ce fut le cas pour le suicide de Lalumière, incarné par Dave Morissette. Pour Lance et Compte l’auteur s’est  inspiré de son vécu comme journaliste. Des histoires qu’il n’a jamais publiées, de peur de représailles, probablement; cette télésérie lui aura permis de le faire subtilement. Comme cette escarmouche impliquant deux joueurs vedettes dans le vestiaire du National, qui sont en réalité un défenseur étoile du Canadien, et un gardien de but étoile du tricolore.

UN LANCE ET COMPTE 2.0
Il y a encore de la matière pour un Lance et Compte 2.0.  Un joueur qui était prêteur sur gage. Certains congédiements déguisés, comme ceux de Savard et Jean Perron. Un capitaine qui donne une claque sur la gueule à un de ses joueurs dans le vestiaire pour lui avoir manqué de respect. La question est de savoir si l’auteur de cette télésérie fertile en rebondissements aura l’audace d’aller au-delà de… Il pourrait aussi y avoir "Un lance et compte" croustillant sur la boxe. Assurément que Réjean Tremblay planche déjà là-dessus. Il y a de quoi se mettre sous la dent avec les pitreries de Jean Pascal et Adonis Stevenson.



DES QUESTIONS SANS RÉPONSES

Il n’y a pas qu’au hockey qu’il y a des histoires rocambolesques. Le baseball aussi a eu son lot. Y en a-t’il qui ont vraiment pensé que le DG des Expos, Murray Cook, avait été congédié pour des raisons familiales, alors que les Expos étaient au premier rang de leur division? La véritable raison pour laquelle Jean Perron a été congédié?



Pourquoi le Canadien a gardé Doug Harvey dans les hauteurs de l’ancien forum de Montréal, etc. Alcine, qui est tombé dans le ring du Parc Jarry comme la feuille d’un arbre à l’automne, avec Don King dans les parages... et qui a par la suite a quitté le Québec pour s’établir en Floride. Le soir ou Michel Bergeron a été bousculé par un lutteur derrière le banc des Nordiques lors d’un match en série contre le Canadien. La commande venait de qui?



R.I.P. ANDRÉ BEAUCHAMP

Il a vécu toute sa vie dans l’ombre de son frère Jacques Beauchamp, qui fut en grande partie responsable des succès du Journal de Montréal. Car sans Jacques Beauchamp, le Journal de Montréal ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui, le numéro un des quotidiens français en Amérique. André P. Beauchamp, qui est décédé dimanche dernier à l’âge de 84 ans, est tout de même parvenu à faire parler de lui.

Pas facile d’être le frère de... Un personnage coloré: il a fait de la boxe, de la poésie, fréquenté des athlètes, des gens d’affaires, des artistes, des politiciens, pour finir seul dans son coin ou presque, et pourtant il était un rassembleur... pathétique. J’en garde un bon souvenir. C’était un bon raconteur, très drôle. Il a souvent défendu l'indéfendable. Il pouvait envoyer paître les gens de la haute avec beaucoup de doigté.



DES FAIRE-VALOIR

Ce qui me répugne le plus, c’est que trop de dirigeants d’équipes professionnelles ont pris les partisans pour des imbéciles. La vente de feu des Expos l’année de la grève en est un parfait exemple. Certains commentateurs sportifs à la solde des Expos laissaient croire que l’équipe allait de nouveau être compétitive, alors que le coeur de la formation avait été démantelé. Un faire-valoir aussi pour expliquer la vente des Nordiques.



Un faire-valoir également pour défendre un certain directeur-général, la récompense en bout de ligne, une place au temple de la renommée du hockey. Certains dirigeants rusés ont toujours eu dans leur entourage immédiat un journaliste ou un commentateur sportif pour faire avaler la pilule. Il y a hélas beaucoup de similitudes entre la politique et le sport.



TROP INSOLENT ’"COCKY"

Pour faire carrière dans le monde de la presse parlée et écrite dans le sport au Québec, il est préférable de garder pour vous-mêmes certaines informations. De suivre une ligne de conduite bien souvent imposée par les équipes. Dans le passé, le Canadien qui a un parfait contrôle des médias, a même interdit à un journaliste de voyager avec l’équipe. C’est plus difficile aujourd’hui de contrôler l’information avec les réseaux sociaux, mais le Canadien impose quand même sa loi.



Le même constat dans le hockey de la LHJMQ, certains journalistes sont intimidés devant le DG d’une formation. À l’époque de Felipe Alou chez les Expos, il était mal venu de mettre en doute une décision de Felipe. Et surtout de le pointer du doigt parce qu’il ne faisait pas d’efforts pour parler français. Malheureusement, il n’y a pas de Jean-Luc Mongrain du sport. De vouloir poser les vraies questions, cela veut-il dire automatiquement que vous êtes trop "cocky" insolent. Parce qu’en bout de ligne les partisans ont le droit de savoir.

LES OPINIONS EXPRIMÉES SONT CELLES DE L’AUTEUR ET NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL LAMETROPOLE.COM

POURQUOI DÉTESTEZ-VOUS LE CANADIEN?
ok