Mercredi, 11 mars 2015

LA BOXE A UN ŒIL AU BEURRE NOIR

Le Centre Bell sera une fois de plus le théâtre d’un combat pour le championnat du monde WBC et The ring des mi-lourds entre le Russe Sergey Kovalev et le Québécois d’origine haïtienne Jean Pascal, le 14 mars prochain.

 
C'est un succès financier assuré, puisque c'est la télévision américaine qui va payer les millions aux deux boxeurs. Plusieurs préfèrent assister au combat dans un resto-bar sportif, ou encore en « gang » chez des amis. Pourtant, les amateurs de hockey ont aussi cette possibilité, mais le Centre Bell est plein à chaque match. Ce ne sera pas le cas pour le combat de samedi, il reste encore plusieurs billets à vendre. Mais il y a aussi le fait que Jean Pascal et Adonis Stevenson ne comptent pas une légion de « fans » au Québec.



Pascal est probablement plus populaire parce qu’il a un passé moins trouble que Stevenson, dont le jugement est en option. D’autre part, je m’explique mal que des commanditaires s’affichent sur la culotte de Stevenson, pas très représentatif. Comme commanditaire, je ne m’afficherais pas avec un Stevenson. Et cela n’a rien à voir avec la couleur de la peau. Davey Hilton n’était pas un ange non plus.

Les amateurs de sport au Québec ont adulé les Jackie Robinson, Vladimir Guerrero, Tony Perez, Pedro Martinez, André Dawson, Warren Cromartie, et cie. Les boxeurs ne sont pas tous des « bums ». Eric Lucas, Lucian Bute, Sébastien Gauthier, Donato Paduano, Fernand Marcotte, sont de grands ambassadeurs pour leur sport. Pour une raison que j’ignore, il y a cependant plus de « bums » par tête de pipe à la boxe que dans n’importe quelle discipline sportive. D’autre part, quelqu’un quelque part pourrait-il m’expliquer pourquoi il y a autant de conflit contractuel entre les pugilistes et les promoteurs? Un autre tout récemment entre David Lemieux et Yvon Michel.


Sébastien Gauthier assurément un des plus grands ambassadeurs de son sport au Québec.

Et voulez-vous bien me dire pourquoi le milieu de la boxe a si peu de reconnaissance pour ceux qui ont tracé la voie à cette discipline sportive chez nous? On n’entend plus parler d’Eric Lucas, et pourtant Yvon Michel était à ses pieds, il n’y a pas si longtemps. Donato Paduano, l’ange du ring, a aussi été relégué aux oubliettes. Régis Lévesque a aussi été placé sur la voie d’évitement. Et pourquoi certains journalistes sont en pâmoison devant des boxeurs au passé nébuleux? Parce qu’ils aiment probablement plus les « bad guys », c’est plus vendeur.

« PAS PLUS DE “BUMS” QU’AILLEURS » – MICHEL LABONTÉ

Michel Labonté, qui compte plusieurs années dans les sports de combat, croit qu’il est faux de prétendre qu’il y a plus de « bums » à la boxe que dans une autre discipline sportive. « C’est parce que vous mettez le focus sur des mauvais garnements ». Labonté déplore le fait qu’il y ait trop de division maintenant dans la boxe. « On compte 16 divisions et cinq associations. C’est beaucoup trop. Cela explique pourquoi un boxeur comme Jean Pascal a déjà détenu la ceinture de Sugar Ray Leonard, un non-sens, et qu’Eric Lucas ait eu celle de Marvin Hagler. Ce ne sont pas de vrais champions comme à l’époque. À mon avis, Roy Jones jr est le dernier vrai de vrai », de conclure Michel Labonté, qui favorise Kovalev haut la main pour battre Jean Pascal.


L'acteur Chuck Norris et Michel Labonté à une autre époque.

MICHEL LABONTÉ AU TEMPLE DE LA RENOMMÉE DES CEINTURES NOIRES

Michel Labonté, qui pratique les arts martiaux depuis 1969, et aujourd’hui superviseur à l’école de taekwondo Ashley à Montréal, sera intronisé au temple de la renommée des ceintures noires en mai prochain. Labonté a depuis belle lurette mérité ses lettres de noblesse dans les arts martiaux. Une dizaine de médailles d’or sur la scène internationale, cinq fois champion canadien, médaille de bronze aux Jeux panaméricains. Bref, un honneur pleinement mérité pour Michel Labonté.



DU BASEBALL PROFESSIONNEL À STE-THÉRÈSE ET DU JUNIOR ÉLITE À SAINT-JÉRÔME


Le baseball reprend sa place sur l'échiquier sportif. Les Aigles de Trois-Rivières, de la ligue Can Am de baseball (considéré comme étant du baseball professionnel), disputeront un match hors concours le 13 mai prochain au parc Ducharme de Ste-Thérèse, contre les Brewers de Ste-Thérèse de la ligue senior. Il sera intéressant de voir la différence de calibre. Les billets seront en vente sous peu. Ce sera le tout premier match de l'histoire impliquant une équipe de baseball professionnelle dans les Basses-Laurentides.



À Saint-Jérôme, il est de plus en plus question que les Bisons de St-Eustache, de la ligue de baseball Élite du Québec, déménagent à Saint-Jérôme en 2016. La ville de Saint-Jérôme va construire un tout nouveau stade sous peu. Et le marché de Saint-Jérôme est beaucoup plus intéressant que celui de St-Eustache. Les Bisons n'ont pas un stade digne du baseball Élite, et il ne semble pas y avoir de l'intérêt du côté de St-Eustache pour construire un nouveau stade. Alors que Saint-Jérôme se développe énormément, il en va autrement pour la ville de St-Eustache qui stagne. Un dossier à suivre...



PAS DE DÉFILÉ RUE SAINTE-CATHERINE
ok