Lundi, 14 mars 2016

LA DESCENTE AUX ENFERS DU TRICOLORE…

Ce n’est pas la fin du monde...

Le Canadien va et veut assurément terminer dans les bas-fonds du classement, pour courir la chance d'avoir un choix de première ronde. Le tricolore peut se compter bien chanceux d'avoir encore autant de partisans dans les gradins.

 
D'ailleurs, je m'explique mal l'humeur massacrante de certains partisans, qui prennent de façon personnelle les insuccès de leur équipe favorite. Je m'excuse de crever votre bulle, mais de nos jours, pour la plupart des athlètes, ce sont les $$$ qui comptent. Le reste, c'est bien secondaire. Le sentiment d'appartenance a pris le bord. Encore plus depuis que la LNH a ouvert les portes toutes grandes aux joueurs européens, quoiqu'il y a des exceptions, je pense notamment à Alexander Ovechkin.

Il y a encore des joueurs compétitifs, fort heureusement, mais ils ne sont pas légion comme autrefois. Les joueurs parlent aujourd'hui d'un match de hockey dans la LNH, comme d'un show. Le party dAlex Galchenyuk, après une défaite du Canadien dans son luxueux condo du centre-ville de Montréal, en dit beaucoup sur l'attitude de certains athlètes de la nouvelle génération. Il est vrai que Galchenyuk s'est replacé depuis, mais quand même. C'était dans son intérêt. Les athlètes d'aujourd'hui ont aussi le seuil de la douleur beaucoup moins élevé qu'à une certaine époque. Plusieurs ont décroché, du moins plusieurs de ma génération.



La journée où le Canadien comptera une douzaine de joueurs québécois dans son alignement, alors là peut-être que la flamme va renaître comme aux beaux jours de la Sainte Flanelle. Mais d'ici là, prière de ne pas envoyer de fleurs au Centre Bell...

VIC THÉRIAULT UN BATTANT


Le frère de l'ex-champion mondial de kickboxing, Jean-Yves Thériault, Vic Thériault, ne lâche pas le morceau facilement comme promoteur. Il récidive le 21 mars prochain avec un gala de kickboxing, qui sera présenté au Casino de Montréal. Vic œuvre dans l'industrie des sports de combat depuis déjà belle lurette, et toujours avec la même passion. Jonathan Doucet affrontera Jonathan Meunier, et dans l'autre combat d'importance dans la soirée on assistera à un duel entre Akim Rony et Pat Arsenault. L'ami Vic promet de vous en mettre plein la vue! Pour réserver vos billets: 514 790-1245.



UN MANQUE DE RESPECT POUR GUY CARBONNEAU


Guy Carbonneau aura été un des derniers glorieux à porter bien haut le flambeau. L'ancien capitaine du Canadien se donnait entièrement à la cause, il était un fier combattant. Il n'était pas le plus gros de son équipe, mais assurément un des plus courageux. Pour une raison que j'ignore, l'organisation du Canadien a donné le numéro 21 à une verte recrue, Stéphane Matteau.



Ce n'est rien de personnel contre Matteau, je connais son père, il était lui aussi un joueur déterminé. C'est juste que le numéro 21 ne devrait pas être en circulation. C'est un manque de respect du Canadien à l'endroit de Carbo. D'ailleurs, je m'explique mal que le numéro 21 ne soit pas suspendu dans les hauteurs du Centre Bell. Il n'y en a pas un seul dans l'édition actuelle du Canadien ayant la détermination d'un Carbo. Tant mieux si le 21 peut inspirer le jeune Matteau.

PLUS DE 100 000 SPECTATEURS POUR LA VISITE DES RED SOX

Le niveau d'intérêt des amateurs de baseball n'a pas baissé d'un iota. La preuve, le groupe evenko annonce qu'il y a déjà plus de 100 000 billets vendus pour les deux matchs hors concours entre les Blue Jays de Toronto et Russell Martin, contre les Red Sox de Boston. Il n'y a plus de billets pour le match du vendredi, encore quelques-uns seulement pour le match de samedi le 2 avril dans les hauteurs du stade Olympique. Comme par le passé, plusieurs ex-joueurs des Expos seront honorés, dont notamment Steve Rogers, un des plus grands lanceurs dans l'histoire des Expos avec Pedro Martinez, l'autre 45 qui a marqué l'imaginaire chez les fans des Expos.



Bref, on va une fois de plus vivre de belles émotions au Stade olympique. Le maire Coderre va assurément en profiter pour promouvoir le retour du baseball professionnel à Montréal, mais à un moment donné, il faut du concret. Il n'y a toujours pas de stade en construction, pas de mouvement du côté des gens d'affaires. Chaque année, on fait miroiter que le baseball majeur est à nos portes, puis aussitôt les Blue Jays et les autorités du MLB (Major League Baseball) partis, plus rien. C'est un argument d'avoir 100 000 spectateurs et plus pour des matchs hors concours, mais ce serait aussi un argument de taille de construire un nouveau stade au centre-ville de Montréal.

LES SECRETS DE RÉJEAN TREMBLAY

C'est avec regret que j'ai appris que la télésérie Les jeunes loups de Réjean Tremblay au réseau TVA ne reviendra pas à l'écran la saison prochaine. Cette télésérie n'a pas fait le poids avec Les belles histoires du pays d'en haut. Les Jeunes Loups, c'est l'histoire de deux filles qui sont propriétaires d'un journal et qui tiennent tête aux grands quotidiens. L'inspiration de Réjean Tremblay, c'est Josée Pilotte et Mary-Josée Gladu, les coéditrices de l'hebdomadaire Journal Accès Laurentides, dont le slogan est Journal d'ici » indépendant «. J'ai d'ailleurs signé plusieurs textes pour cet hebdomadaire.



Réjean Tremblay a rencontré les deux filles en plusieurs occasions. Réjean Tremblay a bien sûr romancé son histoire, la coéditrice de cet hebdomadaire n'est pas lesbienne, et le journal ne comptait pas autant de collaborateurs, ce n'est pas non plus un quotidien. Mais son inspiration vient de là. Il va sans dire que les filles n'ont pas eu de redevances pour parler de leur histoire. Réjean Tremblay s'est aussi inspiré de l'histoire de Jean Pascal dans un épisode, tout récemment. C'est le boxeur qui donne un méga party dans sa luxueuse maison après un triomphe, une fille présente au party porte plainte à la police pour tentative de viol contre le boxeur.



Finalement, il n'y a pas eu de conséquences pour le boxeur dans l'histoire, ni pour Jean Pascal non plus, d'ailleurs. Pour sa télésérie Lance et Compte, il s'est inspiré bien sûr de Guy Lafleur notamment. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Réjean Tremblay est un opportuniste. Cette fois, il n'a pas joué de chance. "C'est lorsque l'on se prend pour un dieu, que l'on reçoit sa croix", chantait avec raison Luc De Larochellière.

LE NOUVEAU LOOK DE BERGEVIN FAIT JASER
ok