Lundi, 26 septembre 2016

LA SÉRIE MONDIALE 2016 AUX CUBS

Mais attention à Big Papi et aux Red Sox de Boston!

 
Les mois de septembre et octobre sont mes mois favoris, le début de la saison dans la LNH, mais surtout et avant tout les séries d’après saison au baseball. Et il y a aussi la NFL, bien sûr. Ils sont nombreux à rêver à une série mondiale entre les Cubs de Chicago et les Red Sox de Boston, et aux matchs disputés au Wrigley Field de Chicago, et au Fenway Park de Boston, deux stades historiques. Au moment de mettre sous presse, les Blue Jays luttent toujours pour une place dans les séries.

Un mois de septembre pour le moins difficile jusqu’à maintenant pour les Blue Jays. Les Red Sox ont pris une longueur d’avance. Ils ont une source d’inspiration supplémentaire en «Big Papi». Ils sont agressifs sur les sentiers les Red Sox, et ils fabriquent des points, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les Blue Jays. Certains prétendent que John Gibbons mérite un vote de confiance pour les prochaines années, je n’en suis pas certain. Il ne fait pas preuve d’imagination. Les Blue Jays n’avaient que 19 amortis sacrifice au moment de mettre sous presse, un non-sens. Très peu de court et frappe, en somme trop peu de court et frappe.



Je ne me souviens pas d’avoir vue les Blue Jays voler trois buts dans un match. Ils sont prévisibles les Blue Jays, aussi subtile qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Les lanceurs partants, hormis JA. Happ, semblent à bout de souffle. Bref, les Blue Jays devront lutter avec l’énergie du désespoir pour faire les séries d’après saison. Ce ne sera pas «A walk in the park». Le portrait change rapidement. L’entraîneur-chef peut faire une grosse différence en bout de ligne. Et Gibbons n’est pas l’homme de la situation. Le regretté Gene Mauch aurait fait des miracles avec une équipe semblable.

Et pourquoi les Cubs en série mondiale, ils ont deux excellents lanceurs partants pour débuter une série en Lester et Arrieta, et un «closer» de  premier ordre en Chapman. Toutes les équipes qui ont gagné la série mondiale pouvaient compter sur au moins deux solides lanceurs partants. La liste est longue, les Diamonds Back de l’Arizona (Schilling et Johnson), les Dodgers de Los Angeles, les Cards de St-Louis, les Mets de New York de 1969 (Seaver et Kosman), etc. Et «The name of the game is pitching».  Je me suis entretenu avec deux journalistes au nombre des plus crédibles au Québec, Serge Touchette et Tom Lapointe, pour connaître leurs prédictions à l’approche des séries. Deux de mes favoris pour tout vous dire.


 
UNE SÉRIE MONDIALE CUBS-BLUE JAYS, UN VOEU DE SERGE TOUCHETTE
 
Touche manque beaucoup aux lecteurs assidus de la section sportive du JDM, il avait sa façon bien à lui de relater les faits. Lorsque vient le temps de parler baseball, c’est toujours un immense plaisir de renouer avec Serge Touchette. Il souhaite lui aussi que le meilleur pour Russell Martin et aux Blue Jays mais…«Une série mondiale Cubs-Jays? Ce n’est pas une prédiction, mais un vœu. Mais les Blue Jays m’inquiètent. En attaque, c’est trop souvent tout ou rien. Et leurs partants sont plus vulnérables depuis trois semaines, et leur  défense pas aussi solide que l’an dernier.



Les Cubs? Une bien belle équipe, mais attention. Ils ont eu bien peu de compétition dans leur division. Ils sont bons certes, mais gardons-nous une petite gêne. Une série mondiale Cubs-Jays? Big Papi et les Red Sox pourraient bien nous priver de ce plaisir».
 
LES DODGERS CONTRE LES RED SOX POUR TOM LAPOINTE
 

«Les partisans des Jays de Toronto ne m’aimeront pas. Mais je m’en  fous. Je suis un montréalais d’origine. Et Toronto, bof. Sauf pour les affaires. J’aimerais que les Jays soient de la série mondiale, pour Russell Martin. Parce que c’est le meilleur joueur des Jays en septembre, des Jays qui ne volent pas. Mais prédiction une série mondiale entre les Red Sox de Boston et les Dodgers de Los Angeles. Big Papi mérite une série mondiale pour son dernier tour de piste avec les Red  Sox, qui sont red hot en septembre.



Je choisis contre tous les fans des Red Sox, et surtout ceux des Cubs de Chicago, que les Dodgers remportent la série Mondiale. Pour que Vince Scully et Tom Lasorda puissent voir une victoire ultime des Dodgers en série mondiale. Les Dodgers partiront négligés. C’est mon histoire. Et ce sera celle des Dodgers. En six matchs face au club de Big Papi. Et je serai de la parade au Ravin Chavez de Los Angeles», de conclure Tom. Très peu de journalistes sportifs au Québec, ont eu une aussi belle carrière.


 
DU FAVORITISME DANS LE HOCKEY MINEUR?
 
Un père de famille m’a contacté l’autre jour, il était en beau maudit contre les entraîneurs qui venaient de couper son fils chez les pee wee. Il disait être victime d’injustice. Mais le pire, il a mis dans la tête de son fils qu’il a été victime d’injustice. Ce n’est pas la première fois que j’entends de telles histoires. Notre petit gars est toujours meilleur que le voisin, du moins pour certains parents. Mais il y en aura toujours des injustices dans ce bas monde. Mais comme disait mon regretté père. «La crème fini toujours par remonter sur le dessus». J’aime bien cette figure de style. Alors si ton fils est meilleur que le voisin, il va finir par en faire la preuve.



Je regrette, mais c’est trop facile de blâmer des parents, des bénévoles, qui consacrent des heures pour diriger les jeunes, pour leur donner un encadrement. Il y en a bien sûr qui peuvent faire preuve de favoritisme, c’est humain, mais ils ne sont pas légion. Je lève mon chapeau à ces parents qui se lèvent tôt le matin par un temps glacial pour amener le kid à l’aréna. Les parents qui suivent les enfants dans des tournois aux quatre coins du Québec. Ils ont toute mon admiration. Mais cela ne leur donnent pas pour autant tous les droits. Il en faut des entraîneurs derrière le banc, et ils méritent votre respect. Ce sont des bénévoles. Alors même si un parent devait favoriser un enfant au détriment du vôtre, ce n’est pas la fin du monde. Et bien souvent c’est le contraire justement pour ne pas soulever l’ire de certains parents frustrés par la vie.



Il ne faut pas non plus mettre trop de pression sur les épaules des enfants. Je me souviens d’un parent qui me disait que son fils était meilleur que… Martin Brodeur, qui évoluait alors pour le Laser de St-Hyacinthe dans la LHJMQ, il me racontait le plus sérieusement du monde, que son fils gardien de but était de beaucoup supérieur à Martin Brodeur. Que Martin Brodeur était numéro un parce que son père faisait carrière dans les médias. Hors, j’ai bien connu son père, le regretté Denis Brodeur, un bonhomme fort sympathique et tellement réservé. Pas du tout le genre à mettre de la pression sur un coach.



Il y a aussi un film, une histoire vécue, qui raconte l’histoire d’un joueur de baseball qui a perdu la… boule dans un match après avoir frappé un circuit, il était monté dans le filet protecteur derrière le marbre en criant à son père: "Es-tu content?". Le jeune a  par la suite été transporté dans une institution psychiatrique, j’ignore ce qui lui est arrivé par la suite. Le jeune ne voulait pas devenir un joueur de baseball professionnel, il voulait juste s’amuser.

Une belle leçon pour les parents qui crient comme des perdus dans les gradins, et qui menacent les arbitres. Bref, «Let the children play». Et soit dit en passant, j’ai lu quelque part qu’il y avait un québécois sur 10 000 qui parvenait à la LNH. Alors, on se calme le pompon Gérard…

ADAMS JONES UN PAS DE JUGEMENT

materrassefm.com/Cafe
ok