Mercredi, 25 mars 2015

« P.K. SUBBAN UN PAS DE JUGEMENT »

Il est difficile de comprendre certains athlètes ou personnalités, la réaction des vedettes dans certaines situations. Comme s’il devait y avoir deux justices.

 
Comme la réaction de Mario Tremblay, qui a été arrêté pour alcool au volant. Avait-il besoin de prétendre que P.K. Subban n’avait pas de jugement, pour se déculpabiliser? Lequel des deux, selon vous, a le plus de jugement aux yeux de la population aujourd’hui? C’était gratuit de dire au policier qui a procédé à son arrestation qu’il avait le jugement d’un P.K. Subban. Comment va réagir P.K. Subban lorsqu’il apprendra ce que Tremblay a dit à son sujet? Et pourquoi Mario Tremblay a dit une telle chose? Qui lui a parlé de P.K. dans l’intimité?

UN SAUF-CONDUIT POUR UN GLORIEUX?

Il fut un temps que le fait d’être un glorieux était un sauf-conduit. Vous vous souvenez de l’histoire des lampadaires impliquant des joueurs du Canadien sur la Rive-Sud? Il y en a eu bien d’autres histoires qui ont été passées sous silence, souvent avec la complicité de certains journalistes. On raconte qu’il y a eu un DG dans l’histoire du Canadien, qui avait ses entrées avec les policiers. Je me souviens qu’une ex-grande vedette du Canadien a déjà eu un laissez-passer sur le lieu d’un accident sur l’autoroute à la sortie du tunnel. À la demande du joueur, le policier lui avait permis de quitter les lieux. Mais ce temps- là semble révolu. Il n’y a plus de passe-droit aujourd’hui, semble-t-il, pas même pour le petit Mario de plâtre… Ce n’est plus permis aujourd’hui, même en campagne, de conduire avec une bière entre les deux jambes!



LE BASEBALL BALAYÉ SOUS LE TAPIS


Nous sommes en pleine période de camp d’entraînement au baseball majeur. J’ai beau croire que Montréal n’a plus de franchise dans le baseball majeur, qu’il y a encore deux pieds de neige dehors, mais quand même. Montréal n’a pas non plus de franchise dans la NFL, et pourtant il est souvent question de la NFL dans nos quotidiens, même que parfois les Alouettes passent en deuxième. Et je ne parle pas des nombreux scandales qui ont éclaboussé la NFL au fil des ans. Il me semble que l’on devrait déjà parler de baseball au quotidien. Que l’on parle de la NFL, pas de problème, j’aime bien, mais de soccer surtout sur la scène internationale...



Il y a de la matière pour parler baseball. Russell Martin au camp d’entraînement des Blue Jays, Aumont à celui des Phillies. Plusieurs nouveaux venus dans différentes formations. Pourquoi pas un texte sur les Reds de Cincinnati, qui seront de passage au stade Olympique les 3 et 4 avril prochain? Un peu d’imagination tout de même. Et Réjean Tremblay qui s’intéresse au soccer et à l’Impact. C’est vrai qu’il y a un mécène reconnu chez l’Impact, des fois cela peut être utile. D’autant plus surprenant que TVA Sports (Québecor) est le diffuseur francophone des Blue Jays de Toronto, il me semble que le Journal de Montréal devrait y accorder une plus grande attention. Je m’ennuie des textes de mon ami Serge Touchette. Et vous?...



DES MÉDECINS CORROMPUS

Il y a des athlètes qui ont un seuil de la douleur très élevé. On comprend mieux, dans certains cas, pourquoi aujourd’hui. Dans un documentaire choc sur la CBC tout récemment, on en a appris davantage sur les raisons qui ont peut-être poussé Derek Boogaard à mettre fin à ses jours. Il a été laissé à lui-même. Boogaard,  un ancien dur à cuire, a été retrouvé sans vie dans son appartement en 2011. On apprend, dans le documentaire choc, que les médecins du Wild du Minnesota et des Rangers de New York ont prescrit des milliers de comprimés à Boogaard, sachant fort bien que ce dernier y était devenu accro. C’est le père de Derek Boogaard, un agent de la GRC à la retraite, qui  a fait cette découverte.



À une certaine époque, le médecin du Canadien avait  donné un vaccin à Gilles Tremblay, qui était grippé, pour provoquer son retour au jeu. Il y a eu des conséquences sur la santé du joueur, à un tel point que Gilles Tremblay a été dans l’obligation de mettre fin à sa carrière. Le Canadien lui a donné une compensation, un rôle d’analyste aux matchs du Canadien. Mario Tremblay a lui aussi été dans l’obligation de mettre fin à sa carrière prématurément, suite à une mise en échec de Robert Picard, après être revenu au jeu trop rapidement. Une fracture de la clavicule a mis fin à sa carrière. À l’époque, les équipes influençaient grandement la décision du médecin pour que les joueurs reviennent au jeu le plus rapidement possible.



L’ARMADA VENDUE OU PAS?

La LHJMQ promettait une décision rapide dans le cas de la vente de l’Armada, et rappelait un règlement dans le circuit Courteau qui dit qu’une même entreprise ne peut posséder deux équipes. Nous voilà rendus en séries d’après-saison. Les Remparts de Québec et l’Armada sont toujours en partie la propriété de Québecor. La ligue aurait-elle été aussi tolérante si ce n’était pas Québecor qui était impliquée dans la transaction? Il est permis de se poser la question.



CET ARTICLE EST VIRAL

JEAN PASCAL FRAPPE UN MUR
ok