Vendredi, 6 juin 2014

LANCEMENT DU FESTIVAL ORFORD 2014

Sur la photo, nous distinguons le directeur artistique. Jean-François Rivest, le pianiste Serhih Salov, François Tétreault, directeur général, lors du point de presse.

Le Centre d’arts Orford était fier de dévoiler tout récemment la programmation officielle de son prestigieux Festival Orford 2014, sous le thème de l’Effet Mozart, et qui se tiendra du 28 juin au 17 août 2014.

 
FIER D’ENCOURAGER LA RELÈVE!

Cette année, le Centre d’art a réservé une place d’honneur à un grand nombre d’artistes émergents au talent exceptionnel. D’abord, grande nouveauté, vous pourrez entendre au début de chaque concert du Festival une courte prestation d’un étudiant parmi les plus doués de notre Académie internationale.

De plus, la programmation comprend à nouveau deux séries gratuites : les quelque quinze concerts étudiants, appelés Beaux Concerts de la Relève, et la dizaine de concerts dans les municipalités avoisinantes de la série Orford-sur-la-route. Finalement, le nombre de classes de maître publiques sera doublé et seront données par les professeurs de l’Académie, pour en offrir une quinzaine.



MOZART : L’EFFET COLIBRI

Tout comme le colibri, Mozart possédait un métabolisme extraordinairement accéléré : il a composé plus de mille œuvres significatives en moins de 30 ans. Le Festival Orford 2014 lui fera donc une place de choix tout au long du festival, d’abord avec son Concerto pour violon no 5, interprété par Yolanda Bruno, gagnante du concours de l’OSM Standard Life 2013, qui sera accompagnée de l’orchestre de l’Académie. Puis, l’un des plus grands pianistes Mozartien de l’heure, Christian Blackshaw, interprètera des Sonates du célèbre compositeur lors d’un récital. Enfin, le Requiem de Mozart sera joué par l’orchestre de l’Académie, sous la direction de Jean-François Rivest, le  directeur artistique, et mettra en vedette quatre solistes de la génération émergente, Samatha Louis-Jean, soprano, Maude Brunet, mezzo-soprano, Jean-Philippe Fortier-Lazure, ténor, Julien Horbatuk, baryton, ainsi que l’excellent chœur des Petits Chanteurs de Laval.



TIM BRADY, COMPOSITEUR DE L’ANNÉE

Le compositeur de l’année, Tim Brady, sait marier à la perfection la musique classique et la guitare électrique. Ce montréalais devrait charmer à coup sûr, tout en surprenant par ses compositions innovatrices et accessibles. Soulignons que ses œuvres seront interprétées à trois reprises : par le pianiste Serhiy Salov, l’orchestre de l’Académie et le Nouveau Quatuor Orford.

DES ARTISTES DE RENOMMÉE INTERNATIONALE

C’est donc dire que « Le Festival Orford 2014 » est heureux de présenter des artistes de très haut niveau, dont les pianistes Marc-André Hamelin, à l’occasion du week-end Hamelin, Christian Blackshaw, Till Fellner et Serhiy Salov. Le Festival recevra également le groupe Orford Six Pianos, le Trio Gryphon, le Quatuor Alcan et le Nouveau Quatuor à Cordes Orford, le Canadian Brass, le flûtiste Mathieu Dufour et les violonistes Stephen Waarts et Yolanda Bruno. De plus, les grands maîtres de l’Académie internationale Orford se réuniront à l’occasion d’un concert unique à la salle Gilles-Lefebvre. Enfin, plusieurs chanteurs prendront également part au Festival, dont Marc Hervieux qui sera soliste avec l’orchestre de l’Académie à la Maison Symphonique lors de la Grande Virée Classique de l’OSM d’août 2014.  Comme à chaque édition, l’organisation offira deux concerts de musique baroque à l’Abbaye St-Benoît-du-lac : un premier récital de musique baroque française et anglaise sous le thème de Shakespeare avec Suzie Leblanc et Alex Weimann ainsi qu’un second récital avec la hautboïste Louise Pellerin et l’organiste Dom Laberge.



PLACE AU JAZZ!

En plus du groupe Kleztory, connu pour son style world music, le Festival présentera trois concerts de jazz : Oliver Jones, qui fêtera ses 75 ans de scène, Frank Gambale, guitariste de Chick Corea, et enfin la percussionniste Melissa Lavergne avec invités.

SÉRIE ORCHESTRE

Finalement, pour couronner le Festival 2014, l’Orchestre de l’Académie Orford offrira trois concerts à Orford-Magog. Deux dans la salle Gilles-Lefebvre du Centre d’arts Orford : l’un avec Yolanda Bruno et Tim Brady, et le dernier de la saison, où l’orchestre jouera la Suite de l’Oiseau de feu de Stravinski. Le concert du Requiem de Mozart se déroulera à l’église St-Jean-Bosco de Magog. L’orchestre de l’Académie offrira également une reprise de concert à Montréal (Requiem de Mozart) à la salle Pierre-Mercure. En plus des œuvres déjà mentionnées plus haut, l’orchestre interprètera les Symphonies de Brahms no 1, 2 et 4, offrant ainsi au public un des corpus musicaux les plus riches et diversifiés!

En somme, une programmation à la hauteur de sa réputation et au grand plaisir des mélomanes!


BELLE PROGRAMMATION AU PARC DES CHENAUX

La Corporation de développement culturel de Trois-Rivières a profité de ce début de printemps pour dévoiler la programmation estivale qui se déroule au Cap-de-la-Madeleine avec ses Concerts champêtres et le détail de son exposition dans le cadre de la 6e Biennal nationale de Sculpture contemporaine.

CONCERTS CHAMPÊTRES

Pour un 2e été consécutif, Radio-Canada présente les Concerts champêtres au parc des Chenaux. Jazz, classique, musique latine, traditionnelle et populaire sont au rendez-vous pour la 8e édition des Concerts champêtres.

Cet été encore, le parc des Chenaux accueille les mélomanes endimanchés pour onze nouveaux concerts sous un chapiteau à aire ouverte. Les dimanches à 14 h, dès la mi-juin, les spectateurs pourront voir et entendre le spectre de l’écriture chorale du Moyen-âge à aujourd’hui avec l’Ensemble Vocalys le 15 juin, un voyage de musique du monde et de danse avec Vida Flamenca et son spectacle « Flamenco Mezclado » le 22 juin, le style instrumental de la mémoire musicale du Québec mêlant le traditionnel et le moderne du groupe MAZ avec « Chasse-Galerie » le 29 juin, trois musiciennes en solo entrelaçant le style baroque et romantique du Trio à cordes de l’OSTR le 6 juillet.


Sur la photo, Lisa Dugré et son équipe, lors de la conférence de presse.

Le swing, le ragtime et la samba sont au rendez-vous avec le groupe jazzy Singin’ rendez-vous le 13 juillet, Gaëtan Leclerc pour un hommage à Félix Leclerc le 20 juillet, la musique inspirée d’Europe centrale et de l’Est de Tram des Balkans le 27 juillet, la formation jazz Marisol Trio sera en prestation le 3 août, un tour du monde musical avec Quatuor Molinari le 10 août, le quatuor de guitares sous des airs du Moyen-Orient et de l’Afrique du Quatuor Fandango le 17 août et pour clore la saison 2014 en beauté, l’univers tendre et nostalgique de Julie Hamelin le 24 août. Beau temps, mauvais temps, les concerts ont lieu gratuitement sous le chapiteau à aire ouverte installé pour l’évènement. Les gens pourront profiter du stationnement au Centre culturel Pauline-Julien, dans les rues avoisinantes du parc des Chenaux.

La programmation 2014 des Concerts champêtres est disponible sur le site Internet des Arts et de la Culture de la Ville.

RÉDUC-SONS

Formes instables, matériaux récupérés, objets détournés et instruments en déroute forment l’exposition Réduc-sons. Ce projet de création réalisé dans le cadre des expositions parallèles de la 6e BNSC, sera présenté au Centre culturel Pauline-Julien du 19 juin au 31 août 2014. Les oeuvres des artistes Jean-Marie Gagnon et Luc Boissonneault invitent le spectateur à un voyage sonore et visuel qui le mène hors des sentiers battus.


LE MUSÉE STEWART  ESTIVAL RICHE EN NOUVEAUTÉS

Du 25 juin au 31 août 2014, le Musée Stewart proposera une programmation estivale marquée par plusieurs nouveautés qui plairont aux plus petits comme aux grands, le tout sur un site enchanteur offrant une magnifique vue sur Montréal. Au programme : l’accès gratuit à la cour, une modification avantageuse des droits d’entrée au Musée, deux nouvelles expositions, dont une extérieure, et un grand choix de jeux et de visites guidées. Cette panoplie d’activités amusantes permettra aux visiteurs de combler une journée au grand air et de faire le plein de connaissances.



CÔTÉ COUR : JEUX, PATRIMOINE ET NATURE

L’accès à la cour du Musée est dorénavant gratuit afin que tous puissent profiter du cadre naturel exceptionnel et patrimonial du site. Des aires de repos et de pique-nique y seront aménagées et les enfants pourront s’amuser avec des jeux plus grands que nature : jeu de dames, jeu de mail (à l’origine du croquet), tic-tac-toe, etc.

Autre attrait à ne pas manquer, l’exposition extérieure Île Sainte-Hélène – Chroniques illustrées qui souligne les 140 ans de la vocation de parc public de l’île. Havre de paix depuis le dernier quart du 19e siècle, c’est la campagne au coeur de la ville où pique-niques, fêtes, promenades et aires de jeux sont à l’honneur. Voilà ce que découvriront les visiteurs grâce à 16 estampes provenant des collections du Musée Stewart. Ces dernières sont issues de journaux de l’époque tels que le Canadian Illustrated News, le Dominion Illustrated et L’Opinion publique.

Une nouvelle visite guidée sera également à l’horaire tout l’été : L’île Sainte-Hélène : une histoire à découvrir. Accompagnés d’un guide, les visiteurs parcourront à pied l’île dont le caractère unique réside d’abord dans la beauté de son environnement naturel. L’île Sainte-Hélène occupe aussi une place importante dans l’histoire de Montréal;elle est d’ailleurs classée site patrimonial du Québec. Successivement terre d’accueil des Amérindiens, baronnie de l’illustre famille LeMoyne, complexe militaire de première importance au 19e siècle et site de l’Expo 67, l’île Sainte-Hélène révélera toutes ses facettes.

Autre visite guidée extérieure, Le dépôt militaire britannique propose des découvertes inoubliables pour tout passionné de patrimoine militaire. Construit en 1824, cet ensemble fortifié comprenant un arsenal, une caserne, une poudrière et un corps de garde a servi de poste d’approvisionnement pour le Haut-Canada et le Bas-Canada jusqu’en 1870.



« Le complexe militaire de l’île Sainte-Hélène, où loge le Musée Stewart et sa cour, face au fleuve, forment un site patrimonial d’exception à Montréal. Cette année, nous avons choisi de le mettre en valeur par une exposition extérieure et un aménagement extérieur convivial pour que les Montréalais et les touristes puissent l’explorer une première fois ou redécouvrir ce magnifique site », souligne Suzanne Sauvage, présidente et chef de la direction du Musée Stewart. « La programmation estivale de cette année est très diversifiée et permettra aux visiteurs de profiter à la fois des expositions à l’intérieur du musée et des activités extérieures sur un site unique », ajoute-t-elle.

CÔTÉ MUSÉE : ART, HISTOIRE ET ANIMATION

Jusqu’au 25 janvier 2015, le Musée Stewart présente La Marine – L’oeuvre d’un siècle, une exposition itinérante organisée par le Musée canadien de la guerre et lancée en 2010 à l’occasion du 100e anniversaire de la fondation de la Marine canadienne. Les visiteurs découvriront des artistes qui ont peint la réalité navale du Canada en temps de guerre et de paix et de la vie en mer et sur terre. Pour cette exposition, le Musée Stewart a sélectionné une quarantaine d’objets issus de ses riches collections tels que des uniformes, des armes, des jouets, des photographies de bateaux militaires et des objets de la vie quotidienne.



Les enfants seront invités quant à eux à s’affronter dans un combat naval épique en jouant à un jeu de Battleship (bataille navale) grand format, spécialement conçu pour l’exposition. Un atelier de pliage de bateaux en papier et un jeu de piste thématique sur les fanions pour les enfants de 7 à 12 ans sont également au programme. Et spécialement pour la période estivale, des guides-interprètes présenteront des capsules thématiques aux visiteurs qui souhaitent en apprendre plus sur la vie en mer.

Le Musée Stewart présente également l’exposition permanente Histoires et Mémoires où l’histoire du Québec se déploie sur une période de cinq siècles, de la découverte du Nouveau Monde aux rébellions des Patriotes. Près de 500 artéfacts, iconographies, archives, livres rares et cartes anciennes sont mis en valeur. Une visite guidée de l’exposition sera offerte durant l’été. Quant à l’horaire, il sera disponible sur place et sur le site Internet du Musée.

Toujours dans Histoires et Mémoires, les jeunes pourront apprendre tout en s’amusant grâce à des parcours autonomes avec livrets (4-6 ans : les animaux, 7-10 ans : les vêtements) et à un coffre à costumes qui leur permettront d’incarner divers personnages.

NOUVEAUX TARIFS


Au printemps dernier, le Musée a revu sa grille tarifaire à la baisse afin de permettre au plus grand nombre de visiteurs de redécouvrir l’île Sainte-Hélène comme lieu de destination, mais surtout, un musée qui depuis 1955 se fait gardien de l’histoire du Québec par ses collections. Voici les nouveaux droits d’entrée : famille 20 $, adulte 10 $, aînés et étudiants 8 $, et gratuit pour les enfants de 6 ans et moins.

À PROPOS DU MUSÉE STEWART

Le Musée Stewart, musée d’histoire privé à but non lucratif, a été fondé en 1955 par le philanthrope David M. Stewart. L’institution détient une collection unique de près de 27 000 artéfacts, documents d’archives et livres rares liés à la présence européenne en Nouvelle-France et en Amérique du Nord, jusqu’à nos jours. Sa mission principale : préserver et mettre en valeur ces objets qui relatent les voyages d’exploration, les avancées scientifiques, les faits d’armes, les croyances et la vie quotidienne de nos ancêtres. L’organisme montréalais loge dans l’arsenal du dépôt fortifié britannique de l’île Sainte-Hélène, construction militaire du 19e siècle inscrite au Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

UN ÉTÉ DE NOUVEAUTÉS À BORÉALIS!
ok