Vendredi, 8 juillet 2011

UN PROBLÈME N’ATTEND PAS L’AUTRE

par

Mais qu’est-ce que les autorités attendent pour passer à l’action? La durée de vie utile du pont Champlain est terminée ou presque.

 

Hier matin, une autre tuile venait de s’abattre : le bris d’un joint de dilatation forçant la fermeture de deux voies. On a beau dire que ce n’est pas un problème structurel, reste que le pont s’effrite. Et ce n’est pas rassurant. Depuis des mois, les malheurs s’abattent et aucune annonce n’est faite pour la construction d’un nouveau pont. Durant la dernière campagne électorale, tous les partis politiques ont promis de donner suite au projet au nom de la sécurité des automobilistes. Quel mensonge! Rien ne bouge depuis.

Il y a très longtemps que la suggestion d’utiliser l’estacade, qui longe le pont Champlain, a été soulevée. Des années même. Question de désengorger la circulation aux heures de pointe. Mais encore là, personne ne lève le petit doigt pour passer à l’action. C’est pathétique. Qu’est-ce qu’on attend? Un effondrement? Pourquoi le ministre des transports, Sam Hamad, ne prend-il pas l’initiative personnelle d’intervenir en permettant l’accès aux automobilistes, au transport en commun d’utiliser l’estacade?  Car, il n’y a pas que le pont Champlain qui tombe en ruine; le pont Mercier a aussi son lot de difficultés avec deux voies fermées.

Dernièrement, le maire de Brossard, Paul Leduc, suppliait le fédéral d’intervenir pour construire un nouveau pont Champlain. Parions qu’il prêche dans le désert, puisque avec un vote majoritairement néo-démocrate au Québec, Stephen Harper n’a certainement pas la motivation et la volonté de venir en aide à des concitoyens qui lui ont tourné le dos.

Est-ce une douce vengeance du PM à l’égard des Québécois? Je vous pose la question.  

Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok