Lundi, 5 mai 2014

JUSTE 11 SECONDES POUR LIRE VOTRE CV

par

Je suis tombé des nues quand j’ai appris qu’une enquête de Workopolis a révélé que les employeurs ne consacrent pas plus de 11 secondes à la lecture des CV qu’ils reçoivent.

 
Ce qui corrobore ce que j’ai toujours pensé. Il n’y a pas de crise économique mais que des cadres imbéciles. D’abord, prendre un temps si ridicule pour quelqu’un qui s’est donné le temps d’entreprendre une démarche en emploi est faire peu de cas de l’être humain. Je veux bien croire, comme voulait me le faire réaliser un proche, que les entreprises reçoivent des tonnes de candidatures. Dans ce cas c’est simple, qu’ils mettent en place un individu et un département pour prendre le temps de les lire.

Car ce que ces connards n’ont pas encore compris, c’est que le matériau le plus précieux dans une compagnie, c’est le personnel. Traite bien ton monde et à leur tour ceux-ci seront affables au département du service à la clientèle. Ils seront les meilleurs ambassadeurs qui soient. Mais en cas contraire, ayoye. Ça explique très bien pourquoi 40% des vols en entreprise sont le lot des employés. C’est le juste retour d’ascenseur pour un employeur qui considère ses employés que comme une simple ressource humaine, interchangeable à merci, lire une merde.



LE CURRICULUM VITAE C’EST UNE VIE ENTIÈRE


Aujourd’hui la majorité des CV sont envoyés en mode courriel. Et je considère que c’est un tort. Parce que lire sur un écran et tenir dans ses mains deux ou trois feuillets, ça n’a pas la même dynamique. Le papier oblige un peu à parcourir, tandis que l’écran facilite le « zapping ». Puis peut-on considérer comme sérieux un employeur qui prend si peu de temps à lire un tel document, qui demeure le fruit d’une carrière? Il faut savoir aussi lire entre les lignes. Si un solliciteur d’emploi écrit au chapitre des loisirs qu’il consacre des heures auprès d’enfants dans une activité parascolaire, vous pouvez déduire que celui-ci a un bagage d’empathie.

Mais si vous parcourez de façon superficielle, vous ne parviendrez pas à dégager les lignes de force d’un individu. Qu’on ne s’étonne pas, après coup, que les entreprises passent leur temps à faire de mauvais choix et qu’il y a tant de portes tournantes.

EXIGEZ UNE RECONTRE

Apprenant donc que votre CV ne résistera pas plus d'onze secondes, je ne vois d’autres solutions que d’être mieux considéré et d’exiger de rencontrer le directeur du service concerné et non le service des ressources humaines, qui ne fait pas son travail. On objectera bien sûr que le patron est très occupé. Répondez que vous l’êtes aussi et que vous représentez la huitième merveille du monde. Si vous avez réellement les compétences, vous avez le droit à cette prétention. Et songez toujours à René Angelil qui, à force de persévérance, a fait de son petit vampire du début la plus grande chanteuse planétaire depuis l’avènement du rouleau de cire. C’est du moins ce qu’il a prétendu.



UN MENSONGE MILLE FOIS RÉPÉTÉ DEVIENT UNE VÉRITÉ


Un mensonge mille fois répété devient une vérité. Il en va de même pour un job. Vous êtes unique et vous ne venez pas téter un travail, mais apporter votre collaboration. Moi j’ai toujours fait ça dans ma vie et ça m’a réussi. Je parle de cash au boss et c’est cette musique qu’il aime entendre. Faites de même. Et puis pensez que le travail doit être amusant. L’histoire de travailler à la sueur de son front, laissez ça aux Évangiles. Quand on aime ce qu’on fait, d’abord ce n’est même plus un travail et ça rend moins sordide cette expression que je déteste à savoir de « gagner sa vie ». Déjà qu’on ne l’a pas demandée… 

LES OPINIONS EXPRIMÉES SONT CELLES DE L’AUTEUR ET NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL LAMETROPOLE.COM

YVES BOLDUC NOUS RETIRE LA MÉMOIRE

JOIGNEZ-VOUS À UNE ÉQUIPE GAGNANTE!

CET ARTICLE EST VIRAL



Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok