Vendredi, 9 septembre 2016

DES STATUES POUR LES GRANDS HOMMES

Stephen Harper, avec du sable bitumineux pour illustrer la tache qu’il a laissée à l’histoire politique du Canada.

Jean Cocteau a écrit un jour que « les statues des grands hommes sont faites avec les pierres qu’on leur a lancées quand ils étaient vivants ».

 


Je me suis donc questionné sur les matériaux à accumuler pour ériger les prochaines statues. Pour chacun et chacune, il y aura donc possibilité de diversifier la matière utilisée pour mieux illustrer leurs réalisations que nous voulons immortaliser.


Jean Charest serait inévitablement immortalisé en utilisant des pierres provenant du Mont-Orford.

Philippe Couillard serait fier qu’on utilise des cailloux extraits des mines du Plan Nord.

Nathalie Normandeau : Roche et associés.

Le ministre Gaétan Barrette aurait droit à une statue fabriquée avec les pierres au rein et à la vésicule biliaire des patients ayant attendu l’intervention chirurgicale plus d’un an. Or, la matière première étant disponible en très grande quantité, sa statue aurait les proportions du ministre avant son importante perte de poids.



Précisons que ses opposants auraient préféré un hommage pire qu’une statue pour le ministre en attribuant son nom à un centre hospitalier oublié lors des investissements nécessaires pour rénovations. De cette façon, les employés auraient pu le maudire pendant les prochaines décennies, tout comme les patients insatisfaits du temps d’attente à l’urgence de l’Hôpital Gaétan-Barrette.

Yves Bolduc, avec les caillots qui bloquaient les bonnes idées dans ses discours ministériels.
Les opposants de Pauline Marois insisteraient pour utiliser des galets obtenus par fracturation hydraulique sur l’Île d’Anticosti.

Avec de la pyrite, on façonnerait une masse difforme à configuration variable pour se souvenir des ministres de l’Éducation n’ayant pas réagi à la décrépitude de trop d’écoles.

Avec l’asphalte disparu des nids de poule, un monument hideux ressemblant à Frankenstein pour détester à leur juste mesure les ministres des Transports et maires n’ayant pas fait entretenir nos routes.



Jean Drapeau, un mélange de restes de ses réalisations: du remblai du Métro de Montréal et des Îles d’Expo 67 retenu par du ciment du Stade olympique.

L’ex-maire Gérald Tremblay n’est pas au courant, mais sa statue sera érigée avec du roc extrait pour faciliter la construction du projet Faubourg Contrecoeur. Un projet dont il dit ne pas connaître l’existence.

Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal se distinguera aussi par son mémorial conçu avec des billes de moyeux de bicyclettes.

Stephen Harper, avec du sable bitumineux pour illustrer la tache qu’il a laissée à l’histoire politique du Canada.



Jean Chrétien avec toutes les roches jetées pour enterrer le Lac Meech et son projet d’entente nationale.

Calixa Lavallée, de la Terre de nos aïeux.

L’ex-Lieutenant gouverneur Lise Thibault, des pierreries dignes de la royauté qu’elle voulait incarner.

Jean Lapierre, de Larocque Lapierre sur un Bloc québécois entouré de sable « rouge » des Îles de la Madeleine.

Oussama ben Laden avec des roches d’une grotte qui lui aurait servi de cachette.

George W. Bush avec des fragments des monuments détruits lors des attaques qu’il a commandées en Irak et en Afghanistan.



Donald Trump avec des blocs de ciment destinés à la construction du mur entre le Mexique et les États-Unis.

En paraphrasant Gilles Latulippe, on pourrait dire que nos grands hommes n’ont pas plus besoin de statues que les statues, de pigeons.

LA CAQ, L’IMMIGRATION ET LE FRANÇAIS
Enregistrer
ok