Jeudi, 14 juin 2012

MON CHUM N’AIME PAS LE SEXE!

par

Lorsque ces paroles sont sorties de la bouche de ma chum de fille, je croyais qu’elle me niaisait.

 

Depuis l’enfance, on nous dit de nous méfier des garçons, qu’ils ne pensent qu’au sexe, qu’ils ne cherchent que ça. En effet, une fois adolescente, on réalise que leur désir est maître de leur pulsion, que leurs sens sont constamment en éveil. Et quand je dis sens, je parle bien entendu de celui qui se cache sous le caleçon. Ils ont les mains longues. Inexpérimentées, les pucelles usent de détermination pour repousser leur amoureux, souvent leur ordonnent de garder les mains ailleurs que dans leur chandail, si ce n’est dans leur petite culotte.

Les parents sont inquiets pour la pudeur de leur enfant et ils ont parfaitement raison. Craindre les jeunes loups tourne dans leur quotidien. Comment voulez-vous faire confiance à des êtres qui s’allument à la simple vue d’une épaule dénudée, d’une jupe un peu courte ou d’une paire de seins? Plutôt pénible… L’âge adulte nous rejoint et jusque-là, on croit toujours que les hommes sont des bêtes en rut… sans exception. Combien de fois j’ai blagué avec mes copines en leur disant qu’un jules qui a fait l’amour, une heure après, il souffre d’Alzheimer. Il a oublié ce qui vient de se produire, l’endroit où il a planté son flambeau et se plaint qu’il n’a rien eu depuis au moins un mois. Surtout en présence de ses chums qui eux, vivent la même chose… les pauvres choux.

En général, lors de ces soirées, mes complices acquiesçaient en riant, car elles expérimentaient la même chose avec leur conjoint. Comme moi, vous ne devez plus compter le nombre de fois où votre partenaire sexuel s’offre une tape sur vos fesses, une main baladeuse sur un sein pour le simple plaisir de vous toucher… vous tâter serait plus juste. C’est un homme, un vrai, c’est naturel chez lui! Je ne vous dis pas la multitude de matinées où je me suis enragée contre mon chum parce qu’il ne pouvait s’empêcher de glisser ses mains sous les couvertures en me donnant mon bec avant de partir au boulot. La fille en avait marre de se faire tripoter, alors qu’elle pouvait dormir encore un moment avant la sonnerie du cadran. Ce fut un dur combat, mais il a fini par comprendre. Disons, qu’il a capitulé au risque de se voir usurper quelques privautés.

Alors imaginez mon étonnement lorsque mon amie s'est ouverte sur son intimité. Son chum n’aime pas le sexe… il le subit. La gêne d’en parler l’a maintenue longtemps dans le silence mais un jour, elle a éclaté. Un verre de vin, des confidences et voilà, elle me délivre ce secret honteux. Honteux pour elle. Car elle est tout sauf un laideron. C’est une sacrée belle fille avec les atouts pour que la gent masculine se retourne sur son passage. Alors qu’est-ce quelle fout avec ce mec?  Et lui, se juge-t-il si intéressant que sa douce va traverser le reste de sa vie à juguler ses besoins pour un égoïste qui ne la voit plus?

Elle a tenté de l’aguicher. Plus d’une fois. Petits soupers à la chandelle… lingerie fine… poses suggestives… et j’en passe. Même l’achat de gadgets pour divertir Monsieur. Rien à faire. Le boyau est au repos… y’a plus de désir. Le « frigidaire » lui a suggéré de ne pas se gêner pour qu’elle se soulage avec son compagnon à batteries… Comme si l’accessoire pouvait suffire. Comme s'il apportait la chaleur unique d’un contact humain. J’avoue avoir tenté de la réveiller. Je l’ai un peu bousculée en lui demandant si elle se résignait à souffrir de cette carence le reste de sa vie. Elle ne m’a pas répondu. Elle-même l’ignore.

Une vie sans sexe… ayoye! Je n’arrive même pas à m’imaginer cette torture, encore moins à me dessiner ce tableau ri… di… CU… le! Je ne crois pas qu’on nous a posé certains morceaux juste pour faire beau. Ils ont leur utilité. Le plaisir, ça aide à supporter le pire. Ça permet de se réconcilier, d’oublier les problèmes ou de les mettre sur la glace, de se rapprocher, d’apprécier la vie… merde!!!! Quelle femme n’aime pas se sentir séduisante, désirée, allumeuse envers son partenaire? Et monsieur, y’a pas d’âge pour ces penchants. Une femme est belle dans le regard de celui qui la convoite. Si c’est dans l’œil de son conjoint… bingo, elle n’ira jamais voir ailleurs.

Une connaissance m’a révélé que son chum lui a laissé entendre de prendre un amant plutôt que de se taper et je dis bien se taper la corvée de lui faire l’amour.

« Fout cet imbécile dehors », lui ai-je dis…  elle l’aime trop.

« Il ne te mérite pas, encore moins, ton amour. »

Tristement, j’ai déniché beaucoup de conjointes qui tentent de survivre à cette détresse routinière. Prisonnières d’un quotidien avec ces hommes qui ne sont pas fous du sexe. Certaines femmes n’ont droit qu’à un rapport par mois… d’autres aux saisons… un nombre, deux fois par an et y’a pire encore! Nom de Dieu! Que sont devenus nos mâles? Où ont-ils caché leur libido? Sommes-nous responsables de ce changement à trop vouloir en faire des hommes roses,  à adoucir leur virilité? De roses, ils mutent en blanc, ou en invisible. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut refuser de connaître des instants qui procurent tant de bien, qui nous remémorent combien nous sommes vivants, privilégiés d’éprouver des pulsions qui nous renversent.

Je vous le dis madame, il existe quelque part un homme, un authentique, qui ne désire que vous rendre heureuse, vous procurer du plaisir et prendre le sien en même temps... et aussi souvent que vous le désirez. À vous de décider si vous souhaitez que votre hymen se ressoude ou qu’il se couvre de toiles d’araignées.

SI VOUS AVEZ DES THÈMES SUR LESQUELS VOUS SOUHAITEZ VOUS EXPRIMER, AUTRES QUE CELUI D'AUJOURD'HUI, N'HÉSITEZ PAS.

Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok