Vendredi, 30 mai 2014

FINI LES COUCHES

L’apprentissage de la propreté est une grande étape dans la vie d’un tout-petit et de ses parents. De nombreuses questions me sont demandées à cet effet, que je tenterai de répondre dans cet article.

 
Tout d’abord, il est important de savoir que la moyenne d’âge pour cet apprentissage se situe entre 2 et 4 ans.  Par conséquent, si votre bambin de trois ans et demi n’est pas encore propre, ne paniquez pas! Observez-le plutôt et tentez de déterminer à quel niveau de son développement il se situe. À cet effet, certains signes peuvent vous aider dans vos observations:

•    Réussit-il à garder sa couche sèche pendant au moins une heure ?
•    Vit-il un malaise lorsqu’il fait ses besoins dans sa couche ? Comment réagit-il ? Il se cache ? Il vous en informe ?
•    Parle-t-il ? Fait-il des phrases courtes ?
•  Fait-il certaines choses seul ? Par exemple, arrive-t-il à enlever quelques morceaux de vêtements ? « Je suis capable ! »
•    Peut-il suivre des consignes courtes telles que : « Va chercher tes souliers » ou « Donne-moi ton verre »?
•    Est-il porté à vous suivre lorsque vous allez aux toilettes ?
•    Souhaite-t-il s’asseoir sur le petit pot/toilette ?
•    Est-il réceptif à vos encouragements ?
•    Finalement, il faut également tenir compte du développement général de votre enfant : souffre-t-il d’une maladie ou d’un problème quelconque qui pourrait retarder cet apprentissage?



À la vue des réponses obtenues, si vous considérez que votre enfant est prêt, je vous ai préparé quelques petits conseils d’interventions pour faciliter la réussite de cette grande étape. Tout d’abord, il faut se rappeler qu’en ce qui concerne l’apprentissage de la propreté, c’est l’enfant qui mène et le parent qui guide. Personne ne peut forcer un enfant à être propre. C’est son choix. Cependant, nous pouvons adopter des attitudes et des comportements qui lui donneront envie d’essayer et d’y arriver.

Alors, votre enfant démontre quelques-uns des signes mentionnés ci-haut ? Très bien, alors invitez-le à se pratiquer. Prenez soin de choisir une période de votre vie qui soit favorable à cet apprentissage. Si vous êtes en déménagement, que votre enfant débute son entrée à la garderie ou que vous accueillez l’arrivée d’un nouveau bébé, il serait préférable malgré tout de reporter.

Au départ, il faut se rappeler que l’enfant doit apprendre à reconnaître les signes qu’il y a un « trop plein ». Vous devez donc l’aider à en prendre conscience :
•    Invitez-le à se rendre aux toilettes ou sur le petit pot régulièrement. Placez également le petit pot dans un endroit accessible.
•    Assurez-vous qu’il porte des vêtements faciles à enlever et privilégiez une petite culotte ou une culotte d’entraînement. Évitez de lui mettre une couche durant la journée.
•    Privilégiez la routine : par exemple, amenez-le au petit pot dès son réveil le matin, ensuite après le déjeuner, la collation, ainsi de suite.
•    L’enfant apprend par imitation. Vous pourriez donc l’inviter à se joindre à vous lorsque vous allez aux toilettes et l’encourager à s’asseoir sur son petit pot.

Des systèmes de renforcements, comme un tableau de collants par exemple, peuvent être très utiles à cette étape. L’important est de reconnaître et de féliciter les fois où l’enfant va sur le petit pot/toilette et non pas seulement les fois où il fait pipi ou caca dans la toilette.  Lorsqu’il réussit, il pourrait en revanche gagner deux collants.



L’une des règles d’or dans l’apprentissage de la propreté est d’éviter de réprimander l’enfant s’il s’échappe ou refuse de collaborer. Il faut lui donner le goût de persévérer. Par conséquent, évitez de commenter l’accident ou son manque d’enthousiasme pour le petit pot (Ah non! Zut! Qu’est-ce que tu as fais?! Pourquoi tu ne veux pas?) et surtout, ne pas le mémoriser sur un calendrier, tableau ou autre (un X, par exemple, ou un bonhomme triste). Un accident se produit ? «  Viens ma chérie, on va te changer. » Vous pourriez lui permettre de participer au ramassage de l’accident en le laissant se changer lui-même et apporter ses vêtements souillés au lavage.

Soyez attentifs aux signes et profitez de l’occasion lorsqu’elle se présentera.  Si, pour le moment, cela vous stresse, je vous invite à lâcher prise pour un certain temps. Vous pourrez essayer à nouveaux dans un mois ou deux. La même chose s’applique pour votre enfant. Si malgré tous vos efforts, votre enfant ne semble pas prêt, il serait peut-être préférable d’attendre un peu et de travailler plutôt son autonomie. Ceci aura un impact positif sur son estime de soi et le motivera à entamer cette étape lorsqu’il se sentira en confiance. 

Enfin, si la situation persiste au-delà de 4 ans, et ce, malgré vos efforts, vous pourriez en discuter avec son pédiatre. 



Mélanie est coach familial, conférencière et fondatrice de GrandDire.  Elle est enseignante à l'école de coaching familial Nancy Doyon et membre du réseau Nanny Secours. Elle est aussi maman de deux enfants et comprend le défi des parents de vouloir s'épanouir dans leur rôle de parent.

WWW.GRANDIRE.COM

WWW.NANNYSECOURS.COM
Crcedo - 13 août 2017
Many thanks for sharing this very diverse opinion post where each expert has no doubt shared his best knowledge on the topic. Have more success in your journey.* gmail sign up
* gmail sign in


Olive - 14 novembre 2017
very positive content mesmerized by reading this thanks

meridian health protocol




ss - 2 décembre 2017
Thanks to the author for the article! Very pleased!
color switch

color switch - 20 janvier 2018
awfada - 11 février 2018
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok