Vendredi, 26 juin 2015

POURQUOI LES PAUVRES PUENT-ILS AUTANT?

Vous ne verrez pas un enfant prendre un bain et se savonner en sifflotant. Comment fera l’enfant pour le faire, si papa ne lui dit pas que là-bas, la chose étrange, c’est une baignoire...

 
Au cégep, j’ai choisi un cours de sociologie qui m’a énormément apporté. Un jour, la professeure nous a fait remarquer que comme tous les mammifères, l’humain se lavait. Elle prétendait aussi que le manque d’hygiène pouvait être un symptôme de dépression. Une élève a levé la main et a affirmé que les gens de son quartier d’enfance, un quartier défavorisé de la Rive-Sud, puaient toujours et donc, ne se lavaient sûrement jamais. L’élève ne parlait pas d’itinérants, mais bien d’enfants habitants les logements sociaux du quartier et allant à l’école.

Depuis que j’ai emménagé dans Hochelaga-Maisonneuve, j’admets être plus sensible à la dépression, à la misère des alcooliques et pour reprendre les mots du rappeur Koriass, à la « pauvreté héréditaire. » La pauvreté héréditaire, c’est quand des parents apprennent à leurs enfants à agir en sous-homme et à vivre en pauvre toute leur vie. Souvent, il s’agira d’un couple d’assistés sociaux, plutôt une mère monoparentale ou un père seul, mésadaptés à notre système, qui éduqueront des enfants comme ils ont vécu leur vie: toute croche, toute sale et toute pauvre.

Comme ma professeure de sociologie aimait le dire, le phénomène est très dérangeant. Dans la nature, il faut le voir avec notre chien ou notre chat, un animal se lave: l’humain mésadapté ne le fera pas de lui-même, on doit lui apprendre. Vous ne verrez pas un enfant prendre un bain et se savonner en sifflotant. Comment fera l’enfant pour le faire, si papa ne lui dit pas que là-bas, la chose étrange, c’est une baignoire, pas un lit?

Si l’enfant ne voit pas son père ou sa mère prendre soin de lui, laver son appartement et s’assurer que ça sente bon dans la maison, comment pourrait-il en venir à vouloir une bonne hygiène personnelle? Combien de professeurs m’ont raconté avoir vécu des situations très gênantes avec des parents mal propres? « Comment dire? Votre enfant pue (la professeure se bouche le nez devant le parent, tellement il dégage). Avant de venir à l’école, il devra prendre une douche (la prochaine fois, prenez-en une aussi).

Malheureusement, les parents pauvres du Québec trouveront bien d’autres choses pour handicaper leur progéniture. En réalité, ils hypothèquent leurs enfants. Même s’il est bien intentionné, le mésadapté social sera trop souvent maladroit, collant ou irritant. Quand il mange, il se sert avant tout les autres et ne dira pas «s’il vous plait», ni «merci» et je vous le promets, il ne s’offrira pas pour la vaisselle. Pourquoi le ferait-il? Chez lui, on laisse la vaisselle sale avec les restants sur le comptoir pour les chats: miam. 

Hier, un Bougon est entré au dépanneur du coin et a engueulé la propriétaire. Durant sa transaction, il semblerait que le livreur du dépanneur ait mal compté le montant à lui remettre et oublié de lui remettre un gros beau 10 dollars. Le client puait, il criait et injuriait: «La grosse tabarnak de grosse vache», notre amie, la propriétaire. À un moment, mon colocataire a demandé à l’homme adulte de se calmer. Bien entendu, cela m’aurait surpris qu’il se calme et nous avons, à mon regret, envenimé la situation.

De plus en plus, je me vois sensible et à l’écoute, presque à la recherche, de situations similaires. Elles me passionnent dans le fait que l’enfant, l’ado ou l’adulte en cause a mal appris à vivre avec nous. Dans un sens, ce n’est pas de sa faute. Admettons qu’il peut changer, devenir propre et responsable, mais avouons aussi qu’il commence sa vie avec un gros désavantage sur les autres. Lui, son coffre à outils n’est pas vide, il est sale et rouillé. C’est pire, parce qu’il pense en avoir un satisfaisant.  

Pourtant, il est si mal outillé qu’on peut dire qu’il ne l’est pas.
 
Il ne sait pas s’exprimer ni argumenter et donc, il crie.

Dans sa maison, personne ne disait «merci» et donc, il ne dira jamais «s’il vous plaît».

Lorsque j’aurai besoin d’un tournevis, je recevrai un coup de marteau.

Et à l’âge adulte, après avoir côtoyé des humains durant des dizaines d’années, il ne se lave toujours pas.

LES OPINIONS EXPRIMÉES SONT CELLES DE L’AUTEUR ET NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL LaMétropole.com

SOCIÉTÉ MF

REJOIGNEZ-MOI SUR FACEBOOK

NATASHA
david - 13 août 2017
I really like this, I just found out about this. Will be recommending you and your articles to writing friends.Thank you for your generosity. This was an incredibly wonderful article. Thanks for providing these details.
* hotmail login


Daniel - 19 octobre 2017
I am hoping the same best work from you in the future as well. I really appreciate your work. Thanks for you agree for me.Survival Knife Review

eric - 30 novembre 2017
passport photo kaise banaye

https://hindisahayta.in/passport-size-photo-kaise-banaye/
AlbertCox - 6 juin 2018
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok